Accueil > Les croyances commençant par A > La croyance en aguerre

La croyance relative à Aguerre


Sous Henri IV, dans cette partie des Basses-Pyrénées qu'on appelait le pays de Labour, on fit très gravement le procès en sorcellerie à un vieux coquin de 73 ans, qui se nommait Pierre d'Aguerre, et qui causait beaucoup de maux par empoisonnements dits sortilèges.


L'arrestation des sorcières

On avait arrêté, en même temps que lui, Marie d'Aguerre et Jeanne d'Aguerre, ses petites-filles ou ses petites-nièces, avec d'autres jeunes filles, et les sorcières qui les avaient menées au sabbat. Jeanne d'Aguerre exposa les turpitudes qui se commettaient dans les grossières orgies où on l'avait conduite. Elle y avait vu le diable en forme de bouc. Marie d'Aguerre déposa que le démon adoré au sabbat s'appelait Léonard, qu'elle l'avait vu en sa forme de bouc sortir du fond d'une grande cruche placée au milieu de l'assemblée, qu'il lui avait paru prodigieusement haut, et qu'à la fin du sabbat il était rentré dans sa cruche.


La condamnation de Pierre d'Aguerre

Deux témoins ayant affirmé qu'ils avaient vu Pierre d'Aguerre remplir au sabbat le personnage de maître des cérémonies, qu'ils avaient vu le diable lui donner un bâton doré avec lequel il rangeait, comme un mestre-de-camp, les personnes et les choses, et qu'ils l'avaient vu à la fin de l'assemblée rendre au diable son bâton de commandement. Pierre d'Aguerre fut condamné à mort comme sorcier avéré.

Autres croyances :