Accueil > Les croyances commençant par A > La croyance en allix

La croyance relative à Allix


Voici un de ces traits qui accusent l'ignorance et la légèreté des anciens juges de parlement.


La guitare d'Allix

Allix, mathématicien, mécanicien et musicien, vivait à Aix en Provence, vers le milieu du XVIIe siècle. Il fit un squelette qui, par un mécanisme caché, jouait de la guitare. Bonnet, dans son Histoire de la musique, rapporte l'histoire tragique de ce pauvre savant. Il mettait au cou de son squelette une guitare accordée à l'unisson d'une autre qu'il tenait lui-même dans ses mains, et plaçait les doigts de l'automate sur le manche. Puis, par un temps calme et serein, les fenêtres et la porte étant ouvertes, il s'installait dans un coin de la chambre et jouait sur sa guitare des passages que le squelette répétait sur la sienne. Il y a lieu de croire que l'instrument résonnait à la manière des harpes éoliennes, et que le mécanisme qui faisait mouvoir les doigts du squelette n'était pour rien dans la production des sons.


La condamnation d'Allix

Quoi qu'il en soit, ce concert étrange causa de la rumeur parmi la population superstitieuse de la ville d'Aix. Allix fut accusé de magie, et le Parlement fit instruire son procès. Jugé par la chambre de la Tournelle, il ne put faire comprendre que l'effet merveilleux de son automate n'était que la résolution d'un problème mécanique. L'arrêt du Parlement le condamna à être pendu et brûlé en place publique, avec le squelette complice de ses sortilèges. La sentence fut exécutée en 1664.

Autres croyances :