Accueil > Les croyances commençant par A > La croyance en anagramme

La croyance relative à Anagramme


Il y eut des gens, surtout dans les XVe et XVIe siècles, qui prétendaient trouver des sens cachés dans les mots qu'ils décomposaient, et une divination dans les anagrammes. On cite comme une des plus heureuses celle que l'on lit sur le meurtrier de Henri III, Frère dit Jacques Clément, où l'on trouve: C'est l'enfer qui m'a créé.


Quelques récits sur les anagrammes

Deux religieux en dispute, le père Proust et le père d'Orléans, faisaient des anagrammes. Le père Proust trouva dans le nom de son confrère: l'Asne d'or, et le père d'Orléans découvrit, dans celui du père Proust: Pur sot.
Un nommé André Pujon, de la haute Auvergne, passant par Lyon pour se rendre à Paris, rêva la nuit que l'anagramme de son nom était pendu à Riom. En effet, on ajoute que le lendemain il s'éleva une querelle entre lui et un homme de son auberge, qu'il tua son adversaire, et fut pendu huit jours après sur la place publique de Riom. C'est un vieux conte renouvelé. On voit dans De L'Ancre que le pendu s'appelait Jean de Pruom, dont l'anagramme est la même.
Jean-Baptiste Rousseau, qui ne voulait pas reconnaître son père parce que ce n'était qu'un humble cordonnier, avait pris le nom de Verniettes, dont l'anagramme fut faite. On y trouva Tu te renies. On fit de Pierre de Ronsard, rose de Pindare. On donna le nom de cabale à la ligue des favoris de Charles II d'Angleterre, qui étaient Clifford, Ashley, Buckingham, Arlington, Lauderdale, parce que les initiales des noms de ces cinq ministres formaient le mot cabal. On voulut présenter comme une prophétie cet anagramme de Louis quatorzième, roi de France et de Navarre: « Va, Dieu confondra l'armée qui osera le résister ».


Les anagrammes des cabalistes

Les juifs cabalistes ont fait des anagrammes la troisième partie de leur cabale: leur but est de trouver, dans la transposition des lettres ou des mots, des sens cachés ou mystérieux.

En complément :

Autres croyances :