Accueil > Les croyances commençant par A > La croyance en aubry

La croyance relative à Aubry


Nicole Aubry est une possédée de Laon au XVIe siècle. Boulvèse, professeur d'hébreu au collège de Montaigu, homme qui croyait tout, a écrit l'histoire de cette possession, qui fit grand bruit en 1566.


L'histoire de la possession d'Aubry

Nicole Aubry, de Vervins, fille d'un boucher et mariée à un tailleur, allait prier sur le tombeau de son grand-père, mort sans avoir pu faire sa dernière confession. Elle crut le voir sortir du tombeau, lui demandant de faire dire des messes pour le repos de son âme, qui était dans le purgatoire. La jeune trois en tomba malade de frayeur. On s'imagina alors que le diable avait pris la forme de Vieilliot, grand-père de Nicole, et qu'elle était maléficiée.
Si cette femme jouait une comédie, elle la joua bien, car elle fit croire à toute la ville de Laon qu'elle était possédée de Belzébut, de Baltazo et de plusieurs autres démons. Elle disait que vingt-neuf diables, ayant formes de chats et taille de moutons gras, l'assiégeaient de temps en temps. Elle obtint qu'on l'exorcisât. Et on publia que les démons s'étaient enfuis, Astaroth sous la figure d'un porc, Cerberus sous celle d'un chien, Belzébut sous celle d'un taureau.
On ne sait trop comment juger ces faits inconcevables, si fréquents au XVIe siècle. Nicole Aubry parvint à se faire, présenter, le 27 août 1566, au roi Charles IX, qui lui donna dix écus d'or.

Autres croyances :