Accueil > Les croyances commençant par A > La croyance en aumône

La croyance relative à Aumône


Le peuple croit en Angleterre que, pour les voyageurs qui ne veulent pas s'égarer dans leur route, c'est une grande imprudence de passer auprès d'une vieille trois sans lui donner l'aumône, surtout quand elle regarde en face celui dont elle sollicite la pitié.


Une anecdote au sujet de l'aumône

Nous rapporterons sur l'aumône une anecdote qui ne tient pourtant pas aux superstitions. C'est celle de cet excellent père Bridaine, missionnaire toujours pauvre parce qu'il donnait tout.
Un jour il alla demander à coucher au curé d'un village, qui n'avait qu'un lit, et qui le lui fit partager. Le père Bridaine se leva au point du jour, selon son usage, pour aller prier à l'église. En sortant du presbytère il trouva un pauvre mendiant qui lui demanda l'aumône. « Hélas! mon ami, je n'ai plus rien. » répondit le bon prêtre en touchant cependant son gousset, où il fut très étonné de sentir quelque chose, car il n'y avait rien laissé. Il fouille vivement, trouve un petit rouleau de quatre écus, crie miracle, donne le rouleau au mendiant, et va remercier Dieu.
Au bout d'un instant le curé arrive: le père Bridaine, dans l'obscurité, avait mis la culotte du curé pour la sienne. Les quatre écus étaient le bien, le seul trésor peut-être du pauvre curé. Mais le mendiant avait disparu, il fallut bien qu'il se consolât de la perte de son argent, et le père Bridaine de la perte de son petit miracle.
Une aventure semblable est attribuée à un bon curé de Bruxelles au XVIIe siècle.

Autres croyances :