Accueil > Les croyances commençant par B > La croyance en bœhm

La croyance relative à Bœhm



Un cordonnier devenu alchimiste

Jacob Boehm est né en 1575, dans la Haute-Lusace. De cordonnier qu'il était, il se fit alchimiste, homme à extases, et chef d'une secte qui prit le nom de boehmistes. Il publia, en 1612, un livre de visions et de rêveries intitulé l'Aurore naissante, que l'on poursuivit. Il expliquait le système du monde par la philosophie hermétique, et présentait Dieu comme un alchimiste occupé à tout produire par distillation.


Les œuvres de Bohem

Les écrits de cet illuminé, qui forment plus de cinquante volumes inintelligibles, ne sont pas connus en France, excepté ce que Saint-Martin en a traduit: l'Aurore naissante; les Trois principes et la Triple vie. Ce songe-creux était anthropomorphite et manichéen. Il admettait pour deuxième principe du monde la colère divine ou le mal, qu'il faisait émaner du nez de Dieu. On recherche, parmi ses livres d'alchimie, son Miroir temporel de l'éternité, ou de la signature des choses, traduit en français en 1669.

Autres croyances :