Accueil > Les croyances commençant par B > La croyance en bonnevault

La croyance relative à Bonnevault



Pierre Bonnevault

Pierre Bonnevault est un sorcier poitevin du XVIe siècle. Il fut arrêté parce qu'il allait au sabbat. Il confessa que la première fois qu'il y avait été mené par ses parents, il s'était donné au diable, lui permettant de prendre ses os après sa mort, mais qu'il n'avait pas voulu donner son âme.
Un jour, venant de Montmorillon, où il avait acheté deux charges d'avoine qu'il emportait sur deux juments, il entendit des gens d'armes sur le chemin. Craignant qu'ils ne lui prissent son avoine, il invoqua le diable, qui vint à lui comme un tourbillon de vent, et le transporta, avec ses deux juments, à son logis. Il avoua aussi qu'il avait fait mourir diverses personnes avec ses poudres. Enfin il fui condamné à mort.


Jean Bonnevault

Jean Bonnevault, son frère, fut, aussi accusé de sorcellerie. Aussi, le jour du procès, devant l'assemblée, il invoqua le diable, qui l'enleva de terre environ quatre ou cinq pieds, et le laissa retomber sur le carreau comme un sac de laine, sans aucun bruit, quoiqu'il eût aux pieds des entraves. Étant relevé par deux archers, on lui trouva la peau de couleur bleu tirant sur le noir. Il écumait et souffrait beaucoup.
Interrogé là-dessus, il répondit qu'ayant prié le diable de le tirer de peine, il n'avait pu l'enlever, attendu que, comme il avait prêté serment à la justice, le diable n'avait plus pouvoir sur lui.


Mathurin Bonnevault

Mathurin Bonnevault, parent des deux précédents, accusé comme eux de sorcellerie, fut visité par experts. On lui trouva sur l'épaule droite une marque de la figure d'une petite rose, dans laquelle on planta une longue épingle sans qu'il en ressentit aucune douleur, d'où on le jugea bien sorcier. Il confessa qu'ayant épousé en premières noces Berthomée de La Bédouche, qui était sorcière comme ses père et mère, il l'avait vue faire sécher au four des serpents et des crapauds pour des maléfices; qu'elle le mena alors au sabbat, et qu'il y vit le diable, ayant des yeux noirs ardents comme une chandelle. Il dit que le sabbat se louait quatre fois l'an: la veille de la Saint-Jean-Baptiste, la veille de Noël, le mardi-gras et la veille de Pâques. On le convainquit d'avoir fait mourir sept personnes par sortilège: se voyant, condamné, il avoua qu'il était sorcier depuis l'âge de 16 ans.
Il y aurait de curieuses études à faire sur tous ces procès, si nombreux pendant les troubles de la réforme.

Autres croyances :