Accueil > Les croyances commençant par B > La croyance en bouchey

La croyance relative à Bouchey



La marionnette de Bouchey

Marguerite Ragum Bouchey était la trois d'un maçon de la Sologne, vers la fin du XVIe siècle. Elle montrait une sorte de marionnette animée, que les gens experts découvrirent être un lutin. En juin 1603, le juge ordinaire de Romorantin, homme avisé, se mit en devoir de procéder contre la marionnette.
Elle confessa que maître Jehan, cabaretier de Blois, à l'enseigne du Cygne, chez qui elle était servante, lui avait fait gouverner trois mois cette marionnette ou mandragore, qu'elle lui donnait à manger avec frayeur d'abord, car elle était fort méchante; que quand son maître allait aux champs, il lui disait: « Je vous recommande ma bête, et que personne ne s'en approche que vous. » Elle conta qu'une certaine fois Jehan étant allé en voyage, elle demeura trois jours sans donner à manger à la bête, si bien qu'à son retour, elle le frappa vivement au visage...
Elle avait la forme d'une guenon, que l'on cachait bien, car elle était si hideuse, que personne n'osait la regarder. Sur ces dépositions, le juge fit mettre la femme Bouchey à la question, et plus tard le parlement de Paris la condamna comme sorcière. Il est assez probable que la marionnette était simplement une vraie guenon.

Autres croyances :