Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en cabale (ou cabbale)

La croyance relative à Cabale (ou cabbale)


Le Pic de La Mirandole dit que le mot cabale qui, dans son origine hébraïque, signifie tradition, est le nom d'un hérétique qui a écrit contre Jésus-Christ, et dont les sectateurs furent nommés cabalistes.


L'ancienne cabale des Juifs

L'ancienne cabale des Juifs est, selon quelques-uns, une sorte de maçonnerie mystérieuse. Selon d'autres, ce n'est que l'explication mystique de la Bible, l'art de trouver des sens cachés dans la décomposition des mots, et la manière d'opérer des prodiges par la vertu de ces mots prononcés d'une certaine façon.
Cette science merveilleuse, si l'on en croit les rabbins, affranchit ceux qui la possèdent des faiblesses de l'humanité, leur procure des biens surnaturels, leur communique le don de prophétie, le pouvoir de faire des miracles, et l'art de transmuer les métaux en or, ou la pierre philosophale. Elle leur apprend aussi que le monde sublunaire ne doit durer que 7000 ans, et que tout ce qui est supérieur à la lune en doit durer 49 000.
Les Juifs conservent, la cabale par tradition orale. Ils croient que Dieu l'a donnée à Moïse au pied du mont Sinaï, que le roi Salomon, auteur d'une figure mystérieuse que l'on appelle l'arbre de la cabale des Juifs, y a été très expert, et qu'il faisait des talismans mieux que personne.
Toslat dit même que Moïse ne faisait ses miracles avec sa verge, que parce que le grand nom de Dieu y était gravé. Valderame remarque, que les apôtres faisaient pareillement des miracles avec le nom de Jésus, et les partisans de ce système citent plusieurs saints dont le nom ressuscita des morts.


La cabale grecque

La cabale grecque, inventée, dit-on, par Pythagore et par Platon, renouvelée par les Valentiniens, tira sa force des lettres grecques combinées, et fit des miracles avec l'alphabet.


La grande cabale

La grande cabale, ou la cabale dans le sens moderne proprement dite, est l'art de commercer avec les esprits élémentaires. Elle lire, aussi bon parti de certains mots mystérieux. Elle explique les choses les plus obscures par les nombres, par le changement de l'ordre des lettres et par des rapports dont les cabalistes se sont formé des règles. Or, voici quels sont, selon les cabalistes, les divers esprits élémentaires:

  • Les quatre éléments sont habités chacun par des créatures particulières, beaucoup plus parfaites que l'homme, mais soumises comme lui aux lois de la mort.
  • L'air, cet espace immense qui est entre la terre et les doux, a des hôtes plus nobles que les oiseaux et les moucherons. Ces mers si vastes ont d'autres habitants que les dauphins et les baleines. La profondeur de la terre n'est pas pour les taupes seulement. Enfin, l'élément du feu, plus sublime encore que les trois autres, n'a pas été fait pour demeurer inutile et vide.
  • Les salamandres habitent la région du feu ; les sylphes, le vague de l'air ; les gnomes, l'intérieur de la terre ; et les ondins ou nymphes, le fond des eaux.

Ces êtres sont composés des plus pures parties des éléments qu'ils habitent. Adam, plus parfait qu'eux tous, était leur roi naturel. Mais depuis sa faute, étant devenu impur et grossier, il n'eut plus de proportion avec ces substances, il perdit tout l'empire qu'il avait sur elles et en ôta la connaissance à sa postérité. Qu'on se console pourtant, on a trouvé dans la nature les moyens de ressaisir ce pouvoir perdu. Pour recouvrer la souveraineté sur les salamandres, et les avoir à ses ordres, qu'on attire le feu du soleil, par des miroirs concaves, dans un globe de verre. Il s'y formera une poudre solaire qui se purifie elle-même des autres éléments, et qui, avalée, est souverainement propre à exhaler le feu qui est en nous, et à nous faire devenir pour ainsi dire, de matière ignée. Dès lors, les habitants de la sphère du feu deviennent nos inférieurs, et ont pour nous toute l'amitié qu'ils ont pour leurs semblables, tout le respect qu'ils doivent au lieutenant de leur créateur.
De même, pour commander aux sylphes, aux gnomes, aux nymphes, qu'on emplisse d'air, de terre ou d'eau, un globe de verre, et qu'on le laisse, bien fermé, exposé au soleil pendant un mois. Chacun de ces éléments ainsi purifié est un aimant qui attire les esprits qui lui sont propres. Si on en prend tous les jours durant quelque mois, on voit bientôt dans les airs la république volante des sylphes, les nymphes venir en foule au rivage, et les gnomes, gardiens des trésors et des mines, étaler leurs richesses. On ne risque rien d'entrer en commerce avec eux, on les trouvera fort honnêtes gens, savants, bienfaisants et craignant Dieu. Leur âme est mortelle et ils n'ont pas l'espérance de jouir un jour de l'Etre Suprême, qu'ils connaissent et qu'ils adorent. Ils vivent fort longtemps, et, ne meurent qu'après plusieurs siècles. Mais qu'est-ce que le temps auprès de l'éternité?...
Il n'est pourtant pas impossible de trouver du remède à ce mal ; car, de même que l'homme, par l'alliance qu'il a contractée avec Dieu, a été fait participant de la divinité, les sylves, les gnomes, les nymphes et les salamandres deviennent participants de l'immortalité, en contractant alliance avec l'homme. Ainsi, une nymphe ou une sylphide devient immortelle, quand elle est assez heureuse pour se marier à un sage ; et un gnome ou un sylphe cesse d'être mortel, du moment qu'il épouse une fille des hommes.
Aussi ces êtres se plaisent-ils avec nous quand nous les appelons. Les cabalistes assurent que les déesses de l'antiquité, et ces nymphes qui prenaient des époux parmi les mortels, et ces démons incubes et succubes, et ces fées, qui dans les temps modernes se montraient au clair de la lune, ne sont que des sylphes, ou des salamandres, ou des ondins. Il y a pourtant des gnomes qui aiment mieux mourir que risquer, en devenant immortels, d'être aussi malheureux que les démons. C'est le diable qui leur inspire ces sentiments. Il n'y a rien qu'il ne fasse pour empêcher ces pauvres créatures d'immortaliser leur âme par notre alliance.
Les cabalistes sont obligés de renoncer à tout commerce avec l'espèce humaine, s'ils veulent pourtant ne pas offenser les sylphes et les nymphes dont ils recherchent l'alliance. Cependant, comme le nombre des sages cabalistes est fort petit, les nymphes et les sylphides se montrent quelquefois moins délicates, et emploient, toutes sortes d'artifices pour les retenir. Ainsi, un jeune seigneur de Bavière était inconsolable de la mort de sa femme. Une sylphide prit la figure de la défunte, et s'alla présenter au jeune homme désolé, disant que Dieu l'avait ressuscitée pour le consoler de son extrême affliction. Ils vécurent ensemble plusieurs années, mais le jeune seigneur n'était pas assez homme de bien pour retenir la sage sylphide: elle disparut un jour, et ne lui laissa que ses jupes et le repentir de n'avoir pas voulu suivre ses bons conseils.


La cabale selon les peuples

Plusieurs hérétiques des premiers siècles mêlèrent la cabale juive aux idées du christianisme, et ils admirent entre Dieu et l'homme quatre sortes d'êtres intermédiaires, dont on a fait plus tard les salamandres, les sylphes, les ondins et les gnomes.
Les Chaldéens sont sans doute les premiers qui aient rêvé ces êtres. Ils disaient que les esprits étaient les âmes des morts, qui pour se montrer aux gens d'ici-bas, allaient prendre un corps solide dans la lune.
La cabale des Orientaux est encore l'art de commercer avec les génies, qu'on évoque par des mois barbares.
Au reste, toutes les cabales sont différentes pour les détails, mais elles se ressemblent beaucoup dans le fond. On conte sur ces matières une multitude d'anecdotes. Ou dit qu'Homère, Virgile, Orphée furent de savants cabalistes. Parmi les mots les plus puissants en cabale, le fameux mot agla est surtout révéré. Pour retrouver les choses perdues, pour apprendre par révélations les nouvelles des pays lointains, pour faire paraître les absents, qu'on se tourne vers l'orient, et qu'on prononce à haute voix le grand nom agla! Il opère toutes ces merveilles, même lorsqu'il est invoqué par les ignorants.
On peut puiser sur les rêveries de la cabale des instructions plus étendues dans divers ouvrages qui en traitent spécialement, mais qui sont peu recommandables: Le comte de Gabalis, ou Entretiens sur les sciences secrètes, par l'abbé de Yillars ; Les Génies assistants ; Le Gnome irréconciliable ; Nouveaux entretiens sur les sciences secrètes ; Lettres cabalistiques, par le marquis d'Argens.

Autres croyances :