Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en cardan

La croyance relative à Cardan


Jérôme Cardan est un médecin, astrologue et visionnaire, né à Pavie en 1501, mort à Rome en 1576. Il nous a laissé une histoire de sa vie où il avoue sans pudeur tout ce qui peut tourner à sa honte. Il se fit beaucoup d'ennemis par ses mœurs. Du reste, ce fut un des hommes habiles de son temps. Il fit faire des pas aux mathématiques, et il paraît qu'il était savant médecin. Mais il avait une imagination presque toujours délirante, et on l'a souvent excusé en disant qu'il était fou.


Sa recherche de douleur

Cardan rapporte, dans le livre De vita propria, que, quand la nature ne lui faisait pas sentir quelque douleur, il s'en procurait lui-même en se mordant les lèvres, ou en se tiraillant les doigts jusqu'à ce qu'il en pleurât, parce que s'il lui arrivait d'être sans douleur, il ressentait des saillies et des impétuosités si violentes, qu'elles lui étaient plus insupportables que la douleur même. D'ailleurs, il aimait le mal physique à cause du plaisir qu'il éprouvait ensuite quand ce mal cessait. Il dit, dans le livre 8 de la Variété des choses, qu'il tombait en extase quand il voulait, et qu'alors son âme voyageait hors de son corps, qui demeurait impassible et comme inanimé.
Cardan prétendait avoir deux âmes: l'une qui le portait au bien et à la science, l'autre qui l'entraînait au mal et à l'abrutissement.


Le pouvoir et les visions de Cardan

Cardan assure que, dans sa jeunesse, il voyait clair dans les ténèbres; que l'âge affaiblit en lui cette faculté; que cependant, quoique vieux, il voyait encore en s'éveillant au milieu de la nuit, mais moins parfaitement que dans son âge tendre. Il avait cela de commun, disait-il, avec l'empereur Tibère; il aurait pu dire aussi avec les hiboux.
Il donnait dans l'alchimie, et on voit, dans ses ouvrages, qu'il croyait à la cabale et qu'il faisait grand cas des secrets cabalistiques. Il dit quelque part que, la nuit du 13 au 14 août 1491, sept démons ou esprits élémentaires de haute stature apparurent à Fazio Cardan, son père (presque aussi fou que lui), ayant l'air de gens de 40 ans, vêtus de soie, avec des capes à la grecque, des chaussures rouges et des pourpoints cramoisis; qu'ils se dirent hommes aériens assurant qu'ils naissaient et mouraient; qu'ils vivaient 300 ans; qu'ils approchaient beaucoup plus de la nature divine que les habitants de la terre; mais qu'il y avait néanmoins entre eux et Dieu une distance infinie. Ces hommes aériens étaient sans doute des sylphes.


Le démon de Cardan

Cardan se vantait d'avoir, comme Socrate, un démon familier, qu'il plaçait entre les substances humaines et la nature divine, et qui se communiquait à lui par les songes. Ce démon était encore un esprit élémentaire, car, dans le dialogue intitulé Tetim, et dans le traité De libris propriis, il dit que son démon familier tient de la nature de Mercure et de celle de Saturne. On sent bien qu'il s'agit ici des planètes.
Il avoue ensuite qu'il doit tous ses talents, sa vaste érudition et ses plus heureuses idées à son démon. Tous ses panégyristes, en faisant son éloge, ont fait la part de son démon familier, ce qu'il est bon de remarquer pour l'honneur des esprits. Cardan assurait aussi que son père avait été servi 30 ans par un esprit familier.


Les connaissances en astrologie de Cardan

Comme ses connaissances en astrologie étaient grandes, il prédit à Edouard VI, roi d'Angleterre, plus de 50 ans de règne, d'après les règles de l'art. Mais Edouard VI mourut à 16 ans.
Ces nièmes règles lui avaient fait voir clairement qu'il ne vivrait que 45 ans. Il régla sa fortune en conséquence, ce qui l'incommoda fort le reste de sa vie. Quand il se vit trompé dans ses calculs, il refit son thème, et trouva qu'au moins il ne passerait pas la 65e année. La nature s'obstina encore à démentir l'astrologie. Alors, pour soutenir sa réputation, et ne pas supporter davantage la honte d'un démenti (car il pensait que l'art est infaillible et que lui seul avait pu se tromper), on assure que Cardan se laissa mourir de faim.
« De tous les événements annoncés par les astrologues, je n'en trouve qu'un seul qui soit réellement arrivé tel qu'il avait été prévu, dit un écrivain du XVIIIe siècle », c'est la mort de Cardan, qu'il avait lui-même prédite et fixée à un jour marqué. Ce grand jour arriva: Cardan se portait bien, mais il fallait mourir ou avouer l'insuffisance et la vanité de son art. Cardan ne balança pas, et se sacrifiant à la gloire des astres, il se tua lui-même. Il n'avait pas expliqué s'il périrait par une maladie ou par un suicide. »
Il faut rappeler, parmi les extravagances astrologiques de Cardan, qu'il avait dressé l'horoscope de notre Seigneur Jésus-Christ, qu'il publia en Italie et en France. Il trouvait, dans la conjonction de Mars avec la Lune au signe de la Balance, le genre de mort de Jésus. Et le mahométisme dans la rencontre de Saturne avec le Sagittaire, à l'époque de la naissance du Sauveur.


Un homme superstitieux

En somme, Jérôme Cardan fut un homme superstitieux, qui avait plus d'imagination que de jugement. Ce qui est bizarre, c'est que, croyant à tout, il croyait mal aux seules merveilles vraies, celles que l'Église admet. On le poursuivit comme magicien et comme impie... De L'Ancre dit qu'il avait été bien instruit en la magie par son père, lequel avait eu 30 ans un démon enfermé dans une cassette, et discourait avec ce démon sur toutes ses affaires.
On trouve donc des choses bizarres dans presque tous ses ouvrages, qui ont été recueillis en 10 volumes infolio, principalement dans les livres de la Variété des choses, de la Subtilité des démons, etc., et dans son Traité des Songes.

Autres croyances :