Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en chassen

La croyance relative à Chassen



Un jeune sorcier du XVIIe siècle

Nicolas Chassen était un petit sorcier de Franeker, au XVIIe siècle, qui se distingua à l'âge de 16 ans. Ce jeune homme Hollandais et calviniste, étant à l'école, faisait des grimaces étranges, roulait les yeux et se contournait tout le corps. Il montrait à ses camarades des cerises mûres au milieu de l'hiver. Puis, quand il les leur avait offertes, il les reprenait et les mangeait. Dans le prêche, où les écoliers avaient une place à part, il faisait sortir de l'argent du banc où il était assis. Il disait qu'il opérait tous ces tours par le moyen d'un esprit malin qu'il appelait Serug.


L'investigation de Bekker

Balthazar Bekker dit, dans le Monde enchanté, qu'étant allé à cette école, il vit sur le plancher, un cercle fait de craie, dans lequel lequel avait tracé des signes dont l'un ressemblait à la tête d'un coq, et quelques chiffres au milieu. Il remarqua aussi une ligne courbe comme la poignée d'un moulin à bras: tout cela était à demi effacé.
Les écoliers avaient vu Chassen faire ces caractères magiques. Lorsqu'on lui demanda ce qu'ils signifiaient, il se tut d'abord. Il dit ensuite qu'il les avait faits pour jouer. On voulut savoir comment il avait des cerises et de l'argent. Il répondit que l'esprit les lui donnait.
« — Qui est cet esprit?
— Belzébuth » répondit-il. Il ajouta que, le diable lui apparaissait sous forme humaine quand il avait envie de lui faire du bien, d'autres fois sous forme de bouc ou de veau; qu'il avait toujours un pied contrefait, etc.
Mais, dit Bekker, on finit par reconnaître que tout cela n'était qu'un jeu que Chassen avait essayé pour se rendre considérable parmi les enfants de son âge. On s'étonne seulement qu'il ait pu le soutenir devant tant de personnes d'esprit pendant plus d'une année.

Autres croyances :