Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en chien

La croyance relative à Chien



Le démon sous la forme du chien noir

Les chiens étaient ordinairement les compagnons fidèles des magiciens. C'était le diable qui les suivait sous cette forme, pour donner moins à soupçonner, mais on le reconnaissait malgré ses déguisements. Léon de Chypre écrit que le diable sortit un jour d'un possédé, sous la figure d'un chien noir. C'est surtout la couleur noire qui dénote le diable sous une peau de chien.
Des bonnes gens se noient assez fréquemment à Quimper, et les vieilles et les enfants assurent que c'est le diable, en forme de gros chien noir, qui précipite les passants dans la rivière. Il y a beaucoup de superstitions qui tiennent au chien dans le Finistère, où les idées druidiques ne sont pas toutes éteintes. On croit encore, dans le canton sauvage de Saint-Ronal, que l'âme des scélérats passe dans le corps d'un chien noir.
Les anciens mages croyaient aussi que les démons se montraient en forme de chiens. Et Plutarque, dans la vie de Cimon, raconte qu'un mauvais génie, travesti en chien noir, vint annoncer à Cimon qu'il mourrait bientôt.
Un charlatan, du temps de Justinien, avait un chien si habile, que quand toutes les personnes d'une assemblée avaient mis à terre leurs anneaux, il les rendait sans se tromper, l'un après l'autre, à qui ils appartenaient. Ce chien distinguait aussi dans la foule, lorsque son maître le lui ordonnait, les riches et les pauvres, les gens honnêtes et les fripons: « Ce qui fait voir, dit Leloyer, qu'il y avait là de la magie, et que ce chien était un démon... »
De L'Ancre conte qu'en 1530 le démon, par le moyen d'un miroir, découvrit à un pasteur de Nuremberg, des trésors cachés dans une caverne près de la ville, et enfermés dans des vases de cristal. Le pasteur prit avec lui un de ses amis pour lui servir de compagnon. Ils se mirent a fouiller et découvrirent une espèce de coffre auprès duquel était couché un énorme chien noir. Le pasteur avança avec empressement pour se saisir du trésor. Mais à peine fut-il entré dans la caverne qu'elle s'enfonça sous ses pieds, et l'engloutit.
Notez que c'est un conte et que personne n'a vu ce grand chien. Mais on peut juger par ces traits quelle idée avaient des chiens les peuples mal civilisés.
Chez les anciens, on appelait les Furies les chiennes de l'enfer. On sacrifiait des chiens noirs aux divinités infernales. Chez nos pères, on pendait entre deux chiens les plus grands criminels.


Les chiens vénérés

Quelques peuples pensaient pourtant autrement. On a même honoré le chien d'une manière distinguée. Élien parle d'un pays d'ethiopie dont les habitants avaient pour roi un chien. Ils prenaient ses caresses et ses aboiements pour des marques de sa bienveillance ou de sa colère.
Les guèbres ont une grande vénération pour les chiens. On lit dans Tavernier que, lorsqu'un guèbre est à l'agonie, les parents prennent un chien dont ils appliquent la gueule sur la bouche du mourant, afin qu'il reçoive son âme avec son dernier soupir. Le chien leur sert encore à faire connaître si le défunt est parmi les élus. Avant d'ensevelir le corps, on le pose à terre. On amène un chien qui n'ait pas connu le mort, et au moyen d'un morceau de pain, on l'attire le plus près du corps qu'il est possible. Plus le chien en approche, plus le défunt est heureux. S'il vient jusqu'à monter sur lui et à lui arracher de la bouche un morceau de pain qu'on y a mis, c'est une marque assurée que le défunt est dans le paradis des guèbres. Mais l'éloignement du chien est un préjugé qui fait désespérer du bonheur du mort.
Il y a aussi des gens qui tiennent à honneur de descendre d'un chien. Les royaumes de Pégu et de Siam reconnaissent un chien pour chef de leur race. A Pégu et à Siam on a donc grand respect pour les chiens, si maltraités ailleurs.
On a toutefois honoré quelques individus de cette race: tel est le dogue espagnol Barecillo qui dévorait les Indiens à Saint-Domingue, et qui avait, par jour, la paye de trois soldats...


D'autres superstitions sur les chiens

Il y aurait encore bien des choses à dire sur les chiens. En Bretagne surtout, les hurlements d'un chien égaré annoncent la mort. Il faut que le chien de la mort soit noir, et s'il aboie tristement à minuit, c'est une mort inévitable qu'il annonce à quelqu'un de la famille pour la personne qui l'entend.
Wiérus dit qu'on chasse à jamais les démons en frottant les murs de la chambre qu'ils infestent avec le fiel ou le sang d'un chien noir.

Autres croyances :