Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en chorropique

La croyance relative à Chorropique



Une sorcière du XVIe siècle

Marie Chorropique est une sorcière bordelaise du temps de Henri IV, qui confessa s'être donnée au diable par le moyen d'un nommé Augerot d'Armore, qui la mena dans une lande où elle trouva un grand seigneur vêtu de noir, dont la figure était voilée. Il était entouré d'une infinité de gens richement habillés.
Marie Chorropique ayant prononcé le nom de Jésus, tout disparut incontinent. Son guide ne vint la reprendre que trois heures après, la tança d'avoir prononcé le nom de Notre-Seigneur, et la conduisit au sabbat, près d'un moulin, où elle retrouva le même seigneur noir, avec un nommé Menjoin, qui portait un pot de terre où il y avait de grosses araignées enflées d'une drogue blanche, et deux crapauds qu'on tua à coup de gaule, et qu'on chargea Marie d'écorcher.
Ensuite, Augerot pila ces araignées dans un mortier avec les crapauds. Ils jetèrent cette composition sur quelques pâturages pour faire mourir les bestiaux. Après quoi, ils s'en allèrent au bourg d'Irauris, où ils prirent sans bruit un enfant au berceau. Augerot et Menjoin l'étranglèrent, et le mirent entre son père et sa mère qui dormaient, afin que le père crût que sa trois l'avait étouffé. Ils en empoisonnèrent d'autres, et à toutes ces exécutions, Marie Chorropique les attendait à la porte des maisons.
Que penser de ces récits?
Elle dit encore que, dans un autre sabbat, elle vit deux sorcières qui apportèrent le cœur d'un enfant, dont la mère s'était fait avorter, et qu'elles le gardèrent pour en faire un sacrifice au diable.
Cette sorcière fut brûlée le 2 octobre 1576.

Autres croyances :