Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en cicéron

La croyance relative à Cicéron



Le génie familier de Cicéron

Leloyer dit qu'un spectre apparut à la nourrice de Marcus Tullius Cicéron: c'était un démon de ceux qu'on appelle génies familiers. Il lui prédit qu'elle allaitait un enfant qui, un jour à venir, ferait grand bien à l'Etat. « Mais d'où tenait-il tout cela, me dira—t-on? Je répondrai: C'est la coutume du diable de bégayer dans les choses futures. » Cicéron devint en effet ce qu'on sait.


Son combat contre les superstitions

C'est lui qui disait qu'il ne concevait pas que deux augures pussent se regarder sans rire. Il a combattu les idées superstitieuses dans plusieurs de ses ouvrages, surtout dans les trois livres de la Nature des dieux, dans les Tusculanes, et dans les deux livres de la Divination.


La fin de sa carrière

Valère-Maxime conte que Cicéron, ayant été proscrit par les triumvirs, se retira dans sa maison de Formies, où les satellites des tyrans ne tardèrent pas à le poursuivre. Dans ces moments de trouble, il vit un corbeau arracher l'aiguille d'un cadran: c'était lui annoncer que sa carrière était finie. Le corbeau s'approcha ensuite de lui, comme pour lui faire sentir qu'il allait bientôt être sa proie, et le prit par le bas de sa robe, qu'il ne cessa de tirer que quand un esclave vint dire à l'orateur romain que des soldats arrivaient pour lui donner la mort.
Les corbeaux d'aujourd'hui sont plus sauvages.

Autres croyances :