Accueil > Les croyances commençant par E > La croyance en exorcisme

La croyance relative à Exorcisme



Exorcisme et conjuration

L'exorcisme est une conjuration, une prière à Dieu et un commandement fait au démon de sortir du corps des personnes possédées. Souvent il est seulement destiné à les préserver du danger. On regarde quelquefois exorcisme et conjuration comme synonymes. Cependant la conjuration n'est que la formule par laquelle en commande au démon de s'éloigner. L'exorcisme est la cérémonie entière.
Les gens qui s'occupent de magie ont aussi leurs exorcismes pour évoquer et renvoyer.


La légende de l'exorcisme de l'abbé Guillaume

Voici une légende bizarre sur un exorcisme: on lit dans Césaire d'Hesterbach, que Guillaume, abbé de Sainte-Agathe, au diocèse de Liège, étant allé à Cologne avec deux de ses moines, fut obligé de tenir tête à une possédée. Il fit à l'esprit malin des questions auxquelles celui-ci répondit comme il lui plut. Le diable faisant autant de mensonges que de réponses. L'abbé s'en aperçut et le conjura de dire la vérité, il obéit. Il apprit au bon abbé comment se portaient plusieurs défunts dont il voulait savoir des nouvelles.
Un des frères qui l'accompagnaient voulut lier conversation avec le diable. « Tais-toi, lui dit l'esprit malin, tu as volé hier douze sous à ton abbé. Ces douze sous sont maintenant dans ta ceinture. » L'abbé ayant entendu ces choses, voulut bien en donner l'absolution à son moine, après quoi il ordonna au diable de quitter la possédée.
« — Où voulez-vous que j'aille? demanda le démon.
— Je vais ouvrir ma bouche, répondit l'abbé, tu entreras dedans, si tu peux.
— Il fait trop chaud, répliqua le diable, vous avez communié.
— Eh bien! mets-toi ici. Et l'abbé qui était gai tendait son pouce.
— Merci, vos doigts sont sanctifiés.
— En ce cas, va où tu voudras, mais pars.
— Pas si vite, répliqua le diable, j'ai permission de rester ici deux ans encore. »
L'abbé dit alors au diable:
« — Montre-toi à nos yeux dans ta forme naturelle.
— Vous le voulez?
— Oui.
— Voyez. »
En même temps la possédée commença de grandir et de grossir d'une manière effroyable. En deux minutes, elle était déjà haute comme une tour de trois cents pieds, ses yeux devinrent ardents comme des fournaises et ses traits épouvantables. Les deux moines tombèrent évanouis. L'abbé, qui seul avait conservé du courage, adjura le diable de rendre à la possédée la taille et la forme qu'elle avait d'abord. Le diable obéit encore et dit à Guillaume: « Vous faites bien d'être pur, car nul homme ne peut, sans mourir, me voir tel que je suis s'il est souillé. »

Autres croyances :