Accueil > Les croyances commençant par F > La croyance en francs-maçons

La croyance relative à Francs-Maçons



L'origine de la franc-maçonnerie

Les francs-maçons font remontée leur origine jusqu'au temps de Salomon, et l'entourent de contes merveilleux. C'est un ordre qui paraît avoir pris naissance en Angleterre, et qui avait pour but dans le principe la construction des églises.
Maintenant ce goût de maçonnerie est purement allégorique, et il a bien changé de destination: former le cœur, régler l'esprit, rappeler le bon ordre, voilà, disent les maçons, ce qu'on entend par le compas et l'équerre. Mais la vérité est que la franc-maçonnerie, comme société secrète, créée au commencement du XVIIIe siècle par un Anglais, lord Montagne, n'est autre chose que le protestantisme parvenu à l'état d'indifférence, et une sourde conspiration contre le catholicisme.
Quand la franc-maçonnerie, qui détruit à présent, construisait, il n'y avait qu'un seul grand-maître qui résidait en Angleterre. Aujourd'hui chaque pays a le sien.


Les loges des francs-maçons

Les assemblées des maçons se nomment communément loges. Une loge doit être au moins composée de sept membres. Le président de la loge porte le nom de vénérable. Il a au-dessous de lui deux surveillants, qui font exécuter les règlements de l'ordre.
Dans les assemblées solennelles, chaque frère a un tablier de peau ou de soie blanche, dont les cordons sont blancs aussi et d'étoffe pareille à celle du tablier. Les apprentis le portent tout uni, les compagnons l'entourent des couleurs de la loge, les maîtres y font broder une équerre, un compas, deux colonnes et les divers ornements de l'ordre. Les maîtres portent aussi un cordon bleu, auquel pendent une équerre et un compas.
Dans le repas, les lumières doivent être en triangle, la table servie a trois, cinq, sept, neuf couverts et plus, suivant le nombre des convives, mais toujours en nombre impair. Tous les termes qu'on y emploie sont empruntés de l'artillerie, comme ceux qu'on emploie dans les travaux sont empruntés de l'architecture. On porte la première santé au prince à qui on obéit, la seconde au grand-maître, la troisième au vénérable de la loge. On boit ensuite aux surveillants, aux nouveaux reçus et à tous les frères.
Le fils d'un franc-maçon est Loufton. Il peut être reçu à 14 ans. Le fils d'un profane (celui qui n'est pas franc-maçon) ne peut l'être qu'à 21 ans.
Entre plusieurs signes mystérieux qui se voient dans les loges, on remarque, au milieu de l'étoile flamboyante, un G, première lettre de God (Dieu).


Les grades de la franc-maçonnerie

Il y a dans la maçonnerie trois principaux grades. Il faut être apprenti avant d'être compagnon, et compagnon avant d'être maître. Les maîtres n'entrent en loge qu'avec le geste de l'horreur. Et cela eu mémoire de la mort d'Adoniram ou Hiram, dont on raconte diversement l'histoire.


L'histoire de la mort d'Hiram

Cette histoire ou ce conte n'est que pour amuser les niais. On peut appeler ainsi ceux qui se parent des trois grades dont nous venons de parler, et qui ne sont pas initiés aux grands secrets réservés aux dignitaires supérieurs.
Les uns vous diront que dans ce récit, il s'agit de Hiram, roi de Tyr, qui fit alliance avec Salomon, et lui fut d'un grand secours pour la construction du temple. D'autres content que ce Hiram était un excellent ouvrier en or, en argent et en cuivre; qu'il était fils d'un Tyrien, et d'une trois de la tribu de Nephtali; que Salomon le fit venir de Tyr pour travailler aux ornements du temple, comme on le voit au quatrième livre des Rois; qu'entre autres ouvrages, il construisit, à l'entrée du temple, deux colonnes de cuivre, qui avaient chacune dix-huit coudées de haut et quatre de diamètre; qu'il donna le nom de Jakin à l'une près de laquelle on payait les apprentis, et le nom de Booz à l'autre, près de laquelle on payait les compagnons, etc.
Mais voici l'histoire d'Adoniram ou de Hiram, suivant l'opinion la plus commune chez les francs-maçons. Ils prétendent qu'elle a été puisée dans le Talmud, où on lit que le vénérable Hiram donna l'habit et le caractère de maçon à Salomon qui se fit honneur de le porter.
Adoniram, que Salomon avait chargé de diriger les travaux de son temple, avait un si grand nombre d'ouvriers à payer, qu'il ne pouvait les connaître tous. Pour ne pas risquer de payer l'apprenti comme le compagnon, et le compagnon comme le maître, il convint avec les maîtres de mots et d'attouchements qui serviraient à les distinguer de leurs subalternes et donna pareillement aux compagnons des signes de reconnaissance qui n'étaient point connus des apprentis.
Trois compagnons, peu satisfaits de leur paye, formèrent le dessein de demander le mot de maître à Adoniram, dès qu'ils pourraient le trouver seul, ou de l'assassiner s'il ne voulait pas le leur dire. Ils l'attendirent un soir dans le temple, et se postèrent, l'un au nord, l'autre au midi, le troisième à l'orient. Adoniram étant entré seul par la porte de l'occident, et voulant sortir par celle du midi, un des trois compagnons lui demanda le mot de maître, en levant sur lui le marteau qu'il tenait à la main. Adoniram lui dit qu'il n'avait pas reçu le mot de maître de cette façon-là. Aussitôt le compagnon lui porta sur la tête un coup de marteau. Le coup n'ayant pas été assez violent pour le renverser, Adoniram s'enfuit vers la porte du nord, où il trouva le second qui en fit autant. Cependant ce second coup lui laissant encore quelques forces, il tenta de sortir par la porte de l'orient, où le troisième, après lui avoir fait la même demande que les deux premiers, acheva de l'assommer.
Les assassins enfouirent le corps sous un tas de pierres, et quand la nuit fut venue,ils le transportèrent sur une montagne où ils l'enterrèrent. Et, afin de pouvoir reconnaître l'endroit, ils plantèrent une branche d'acacia sur la fosse.


A la recherche de Hiram

Salomon, ayant été sept jours sans voir Adoniram, ordonna à neuf maîtres de le chercher. Ces neuf maîtres exécutèrent fidèlement l'ordre. Après de longues et vaines recherches, trois d'entre eux qui se trouvaient fatigués, s'étant assis par hasard à l'endroit où Adoniram avait été enterré, l'un des trois arracha machinalement la branche d'acacia, et s'aperçut que la terre, en cet endroit, avait été remuée depuis peu. Les trois maîtres, curieux d'en savoir la cause, se mirent à fouiller et trouvèrent le corps d'Adoniram.
Alors ils appelèrent les autres, et ayant tous reconnu leur chef, dans la pensée que quelques compagnons pouvaient bien avoir commis le crime, et qu'ils avaient peut-être tiré d'Adoniram le mot de maître, ils le changèrent sur le champ, et allèrent rendre compte à Salomon de cette aventure. Ce prince en fut touché. Il ordonna à tous les maîtres de transporter le corps d'Adoniram dans le temple, où on l'enterra en grande pompe. Pendant la cérémonie, tous les maîtres portaient des tabliers et des gants de peau blanche, pour marquer qu'aucun d'eux n'avait souillé ses mains du sang de leur chef.
Telle est l'histoire d'Adoniram.


Les différentes sociétés secrètes

L'ordre des francs-maçons a des prétentions à la gravité, quoiqu'il soit pétri et nourri de ridicules. Ce serait peu s'il n'avait pas en religion de pernicieuses tendances. Aussi le Saint-Siège, par quatre actes différents, a-t-il formellement condamné la franc-maçonnerie. Les mystérieuses jongleries de leurs loges leur ont donné la réputation de sorciers dans les campagnes.
Outre les ordres de chevalerie qu'ils ont créés pour leur amusement, il y a chez eux plusieurs schismes, et on citerait beaucoup de sociétés secrètes de ce genre plus ou moins absurdes. Les mopses, en Allemagne, étaient des francs-maçons qui avaient pour emblème un bouledogue. Une autre secte s'appelle l'ordre de la liberté, et ils regardent Moïse comme leur fondateur. Les chevaliers prussiens font remonter leur origine à la tour de Babel, d'autres à Noé.
On ne reçoit les femmes chez les francs-maçons que dans les loges d'adoption, loges où l'on donne des bals et festins. On change alors les mots et les signes, pour ne pas exposer les secrets de l'ordre.

Autres croyances :