Accueil > Les croyances commençant par J > La croyance en jeanne

La croyance relative à Jeanne



Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc, dite la Pucelle d'Orléans, est née en Champagne, à Domrémi près de Vaucouleurs sur la lisière de la Lorraine, en 1410. Jamais la France ne fut accablée de calamités aussi grandes que durant le demi-siècle qui précéda l'année mémorable où l'on vit le courage abattu de ses guerriers, près de subir le joug de l'étranger, se ranimer à la voix d'une jeune fille de 18 ans. Charles VII était sur le point de céder Chinon à l'ennemi, lorsque Jeanne d'Arc parut dans cette place vers la fin de février 1429.
Ce n'était qu'une simple paysanne. Son père se nommait Jacques d'Arc et sa mère, Isabelle Romée. Dès sa plus tendre enfance elle avait montré une timidité sans exemple et fuyait le plaisir pour se livrer tout entière à Dieu. Mais elle s'exerçait à manier les chevaux, et l'on remarquait déjà en elle l'ardeur martiale qui devait signaler la libératrice des Français. A l'âge de 16 ans, le cœur de Jeanne s'exalta. Vers l'heure de midi, elle croyait voir dans le jardin de son père l'archange Michel et l'ange Gabriel, sainte Catherine et sainte Marguerite, tout resplendissants de lumière. Ces saintes la guidaient dans ses actions. Les voix (car elle s'exprimait ainsi) lui ordonnèrent d'aller en France, et de faire lever le siège d'Orléans. Malgré les avis contraires, elle obéit et se rendit d'abord à Vaucouleurs.


La rencontre entre de Jeanne d'Arc et le roi

Jean de Metz se chargea de la présenter au roi. Ils arrivèrent tous deux, le 24 février 1429, à Chinon, où Charles tenait sa cour. Jeanne s'agenouilla devant lui.
« — Je ne suis pas le roi, lui dit-il pour l'éprouver. Le voici, ajouta-t-il en lui montrant un des seigneurs de sa suite.
— Gentil prince, lui dit la jeune vierge, c'est vous et non un autre. Je suis envoyée de la part de Dieu, pour prêter secours à vous et à votre royaume, et vous mande le roi des cieux par moi que vous serez sauvé, et couronné en la ville de Reims, et serez lieutenant du roi des cieux qui est le vrai roi de France. »
Charles surpris la tira à l'écart, et après un court entretien, il déclara que Jeanne lui avait dit des choses si secrètes, que nul ne pouvait le savoir que Dieu et lui: ce qui attira la confiance de la cour. Cependant un doute, restait à éclaircir, c'était de savoir si elle était pure: ce qui fut reconnu; si elle était inspirée du ciel ou de l'enfer: ce qui sembla devoir être interprété en faveur du ciel. Après plusieurs consultations, on lui donna des chevaux et des hommes. On l'arma d'une épée que, sur sa révélation, on trouva enterrée dans l'église de Sainte-Catherine de Fierbois.


Les victoires et l'arrestation de Jeanne d'Arc

Elle se rendit aussitôt sous les murs d'Orléans, et combattit avec un courage qui éclipsa celui des plus grands capitaines. Elle chassa les Anglais d'Orléans, fit ensuite, selon l'ordre qu'elle avait reçu, sacrer son roi à Reims, lui rendit Troyes, Châlons, Auxerre, et la plus grande partie de son royaume. Après quoi, elle voulut se retirer, disant que sa mission était accomplie. Mais elle avait donné trop de preuves de sa vaillance, on ne voulut pas lui accorder cette liberté. Ce fut la cause de ses malheurs.
Bientôt, s'étant jetée dans Compiègne pour défendre cette place contre le duc de Bourgogne, elle fut prise par un gentilhomme picart, qui la vendit à Jean de Luxembourg, lequel la revendit aux Anglais. Pour se venger de ce qu'elle les avait trop souvent vaincus, ceux-ci l'accusèrent d'avoir employé les sortilèges et la magie à ses triomphes. On la traduisit devant un tribunal corrompu, qui la déclara fanatique et sorcière. Ce procès serait ridicule s'il n'était atroce. Ce qu'il y a de plus horrible, c'est que l'ingrat monarque qui lui devait sa couronne l'abandonna. Il crut n'avoir plus besoin d'elle.


Le procès de Jeanne d'Arc

Le procès se poursuivit avec activité. A la treizième séance, on voulut lui faire comprendre la différence qui existait entre l'église triomphante et l'église militante. On lui demanda ce qu'elle en pensait. « Je me soumets au jugement du Saint-Siège », répondit-elle. On lui demanda si, dès son enfance, les saints qui lui apparaissaient parlaient anglais ou français, s'ils avaient, des boucles d'oreilles, des bagues, etc.
« — Vous m'en avez pris une, dit-elle pour toute réponse, rendez-la-moi.
— Les saints sont-ils nus ou habillés?
— Pensez-vous que Dion n'ait pas de quoi les vêtir? »
Comme on insistait sur la chevelure de saint Michel, elle dit:
« — Pourquoi la lui aurait-on coupée?
— Avez-vous vu des fées?
— Je n'en ai point vu, j'en ai entendu parler, mais je n'y ajoute aucune foi.
— Avez-vous une mandragore? qu'en avez-vous fait?
— Je n'en ai point eu. Je ne sais ce que c'est. On dit que c'est une chose dangereuse et criminelle. »
Quelquefois, plusieurs juges l'interrogeaient à la fois. « Beaux pères, disait-elle, l'un après l'autre, s'il vous plaît. » Durant l'instruction, Ligny-Luxembourg vint la voir, accompagné de Warwick et de Straffort: « Je sais bien, leur dit-elle, que ces Anglais me feront mourir, croyant qu'après ma mort ils gagneront le royaume de France. Mais, seraient-ils cent mille avec ceux qu'ils sont, à présent, ils n'auront pas ce royaume. »
Fatiguée de mauvais traitements, elle tomba dangereusement malade. Bedfort, Wincester, Warwick chargèrent deux médecins d'en avoir soin, et leur enjoignirent de prendre garde qu'elle ne mourût de sa mort naturelle. Le roi d'Angleterre l'avait, trop cher achetée pour être privé de la joie de la faire brûler.
Le 24 mai, on la conduisit à la place du cimetière de l'abbaye de Rouen. Guillaume Érard déclama contre le roi de France et contre les Français. Puis, s'adressant à la Pucelle: « C'est à toi, Jeanne, que je parle, et te dis que ton roi est hérétique et schismatique. L'exécuteur attendait la victime à l'extrémité de la place, avec une charrette pour la conduire au bûcher. Mais tout cet effrayant appareil n'avait pour but que de lui arracher des aveux. On lui lut une formule par laquelle elle promettait de ne jamais monter à cheval, de laisser croître ses cheveux, de ne plus porter les armes à l'avenir. Il fallait mourir ou signer cet écrit. Elle signa, mais on avait substitué une cédule, par laquelle elle se reconnaissait dissolue, hérétique, séditieuse, invocatrice des démons et sorcière. Cette supercherie servit de base au jugement. Elle fut condamnée à passer le reste de ses jours dans une prison perpétuelle, au pain de douleur et à l'eau d'angoisse.
Les juges, après l'arrêt, furent poursuivis à coups de pierres par le peuple. En même temps les Anglais voulaient les exterminer, les accusant de n'avoir reçu l'argent du roi d'Angleterre que pour le tromper. « Ne vous embarrassez pas, dit l'un d'eux. Nous la rattraperons bien.
Jeanne avait promis de ne plus porter d'habits d'homme, et repris ceux de son sexe. La nuit, les gardes de sa prison enlevèrent ses habits et y substituèrent des habits d'homme. Lorsque le jour vint, elle demanda qu'on la déferrât, c'est-à-dire qu'on relâchât la chaîne qui l'attachait par le milieu du corps. Puis, voyant des babils d'homme, elle supplia qu'on lui rendît ses vêtements du jour précédent, mais on les lui refusa. Elle resta couchée jusqu'à midi. Alors elle fut forcée de s'habiller avec les seuls vêlements qu'elle eût à sa disposition.
Des témoins apostés entrèrent pour constater sa désobéissance. Les juges accoururent. Incontinent, elle fut condamnée comme relapse, hérétique, sorcière, excommuniée, rejetée du sein de l'Eglise. On lui lut sa sentence de mort, qu'elle entendit avec constance. Elle demanda qu'il lui fui permis de s'approcher de l'eucharistie: ce qui lui fut accordé. Massieu, curé de Saint-Claude de Rouen, qui avait la charge de la conduire devant ses juges, lui permettait de faire sa prière devant la chapelle. Cette indulgence lui attira de sanglants reproches.


Jeanne d'Arc au bûcher

Jeanne alla au supplice le 30 mai, sous l'escorte de cent vingt hommes. On l'avait revêtue d'un habit de femme. Sa tête était chargée d'une mitre en carton, sur laquelle étaient écrits ces mots: Hérétique, relapse, apostate, idolâtre. Deux pères dominicains la soutenaient. Elle s'écriait sur la route: « Ah! Rouen, Rouen, seras-tu ma dernière demeure? » On avait élevé deux échafauds sur la place du Vieux-Marché. Les luges attendaient leur victime chargée de fers. Son visage était baigné de pleurs. On la fit monter sur le bûcher, qui était fort élevé, pour que le peuple entier put la voir.
Lorsqu'elle sentit que la flamme approchait, elle avertit les deux religieux de se retirer. Tant qu'elle conserva un reste de vie, au milieu des gémissements que lui arrachait la douleur, on l'entendit prononcer le nom de Jésus, en baisant une croix de bois qu'elle tenait de ses mains enchaînées. Un dernier soupir, longuement prolongé, avertit qu'elle venait d'expirer.
Alors le cardinal de Wincester fit rassembler ses cendres, et ordonna qu'elles fussent jetées dans la Seine. Son cœur fut respecté par les flammes. On le trouva sain et entier. En face du bûcher se trouvait un tableau portant une inscription qui qualifiait Jeanne de meurderesse, invocatrice des démons, apostate et mal créante de la foi de Jésus-Christ.
Louis XI fit réhabiliter la mémoire de Jeanne d'Arc. Deux de ses juges furent brûlés vifs, deux autres exhumés pour expier aussi dans les flammes leur jugement inique. Mais le procès de la Pucelle n'en sera pas moins à jamais un sujet d'opprobre pour les Anglais, et aussi pour les Français de l'époque.


Jeanne Dibisson

Jeanne Dibisson est une sorcière arrêtée à l'âge de 29 ans. On l'avait vue plusieurs fois danser au sabbat. Elle disait que ceux qui y vont trouvent le temps si court, qu'ils n'en peuvent sortir sans regret. Il ne paraît pas qu'elle ait été brûlée.


Jeanne du Hard

Jeanne du Hard est une sorcière saisie à l'âge de 56 ans. On la trouve impliquée dans l'affaire de Marie Chorropique, pour lui avoir touché le bras, lequel devint comme mort. Nous ne dirons pas si elle fut brûlée.


Mère Jeanne

Une vieille fille vénitienne, connue sous le nom de mère Jeanne, infatua tellement Guillaume Postel de ses rêveries, qu'il soutint, dans un livre écril à son sujet, que la rédemption des femmes n'avait pas encore été achevée, et que cette Vénitienne devait accomplir le grand ouvrage. C'était la mère que cherchent les saints-simoniens.


Jeanne Southcott

Jeanne Southcott est une visionnaire anglaise du XVIIIe siècle, qui se fit une secte avec des cérémonies bizarres. De temps à autre on entend encore parler de cette fanatique. Une centaine de sectaires s'étaient réunis dans un bois, auprès de Sydenham, et ont commencé leur culte superstitieux par le sacrifice d'un petit cochon noir, qu'ils ont brûlé pour répandre ses cendres sur leurs têtes. Ces fous disent et croient que Jeanne Southcott, qu'ils appellent la fille de Sion, est montée au ciel, et qu'elle reviendra avec le Messie.

Autres croyances :