Accueil > Les croyances commençant par L > La croyance en lacaille

La croyance relative à Lacaille



L'exorcisme de Denyse de Lacaille

En 1612, la ville de Beauvais fut le théâtre d'un exorcisme sur lequel on n'a écrit que des facéties sans autorité. La possédée était une vieille nommée Denyse de Lacaille. Nous donnons la pièce suivante en résumé. Nous ne la croyons pas très sérieuse.


Extrait de la sentence donnée conter les démons qui sont sortis de son corps

« Nous, étant dûment informés que plusieurs démons et malins esprits vexaient et tourmentaient une certaine femme, nommée Denyse de Lacaille, de la Landelle, nous avons donné à Laurent Lepot toute puissance de conjurer lesdits malins esprits.
Ledit Lepot, ayant pris la charge, a fait plusieurs exorcismes et conjurations, desquels plusieurs démons sont sortis, comme le procès-verbal le démontre. Voyant que, de jour en jour, plusieurs diables se présentaient, comme il est certain qu'un certain démon, nommé Lissi, a dit posséder ladite Denyse, nous commandons, voulons, mandons, ordonnons audit Lissi de descendre aux enfers, sortir hors du corps de ladite Denyse, sans jamais y rentrer. Et, pour obvier à la revenue des autres démons, nous commandons, voulons, mandons et ordonnons que Belzébuth, Satan, Motelu et Briffault, les quatre chefs, et aussi les quatre légions qui sont sous leur puissance, et tous les autres, tant ceux qui sont de l'air, de l'eau, du feu, de la terre et autres lieux, qui ont encore quelque puissance de ladite Denyse de Lacaille, comparent maintenant et sans délai, qu'ils aient à parler les uns après les autres, à dire leurs noms de façon qu'on les puisse entendre, pour les faire mettre par écrit.
Et à défaut de comparoir, nous les mettons et les jetons en la puissance de l'enfer, pour être tourmentés davantage que de coutume. Et faute de nous obéir, après les avoir appelés par trois fois, commandons, voulons, mandons que chacun d'eux reçoive les peines imposées ci-dessus, défendant au même Lissi, et à tous ceux qui auraient possédé le corps de ladite Denyse de Lacaille, d'entrer jamais dans aucun corps, tant de créatures raisonnables que d'autres.
Suivant quoi ledit Lissi, malin esprit, prêt à sortir, a signé ces présentes.
Belzébuth paraissant, Lissi s'est retiré au bras droit, lequel Belzébuth a signé. Pareillement Belzébuth s'étant retiré, Satan apparut, et a signé pour sa légion, se retirant au bras gauche. Motelu, paraissant, a signé pour toute la sienne, s'étant retiré à l'oreille droite. Incontinent, Briffault est comparu, et a signé ces présentes.
Le signe et la marque de ces cinq démons sont apposés à l'original du procès-verbal, Beauvais, le 12 décembre 1612. »

Autres croyances :