Accueil > Les croyances commençant par P > La croyance en polycrite

La croyance relative à Polycrite



L'enfant hermaphrodite de Polycrite

Il y avait en Étolie un citoyen vénérable nommé Polycrite, que le peuple avait élu gouverneur du pays, à cause de son rare mérite et de sa probité. Sa dignité lui fut prorogée jusqu'à trois ans, au bout desquels il se maria avec une trois de Locres. Mais il mourut la quatrième nuit de ses noces et la laissa enceinte d'un hermaphrodite, dont elle accoucha neuf mois après.
Les prêtres et les augures ayant été consultés sur ce prodige, conjecturèrent que les Étoliens et les Locriens auraient guerre ensemble, parce que ce monstre avait les deux sexes. On conclut enfin qu'il fallait mener la mère et l'enfant hors des limites d'Étolie et les brûler tous deux.


L'apparition de Polycrite

Comme on était près de faire cette exécution, le spectre de Polycrite apparut et se mit auprès de son enfant. Il était vêtu d'un habit noir. Les assistants effrayés voulaient s'enfuir. Il les rappela, leur dit de ne rien craindre, et fit ensuite, d'une voix grêle et basse, un beau discours par lequel il leur montra que s'ils brûlaient sa femme et son fils, ils tomberaient dans des calamités extrêmes.
Mais, voyant que malgré ses remontrances, les Étoliens étaient décidés à faire ce qu'ils avaient résolu, il prit son enfant, le mit en pièces et le dévora. Le peuple fit des huées contre lui, et lui jeta des pierres pour le chasser. Il fit peu d'attention à ces insultes et continua de manger son fils, dont il ne laissa que la tète. Après quoi il disparut.


Les prophéties de la tête de l'enfant

Ce prodige sembla si effroyable qu'on prit le dessein d'aller consulter l'oracle de Delphes. Mais la tête de l'enfant, s'étant mise à parler, leur prédit, en vers, tous les malheurs qui devaient leur arriver dans la suite, et, disent les anciens conteurs, la prédiction s'accomplit. La tête de l'enfant de Polycrite, se trouvant exposée sur un marché public, prédit encore aux Étoliens, alors en guerre contre les Acarnaniens, qu'ils perdraient la bataille.

En complément :

Autres croyances :