Accueil > Les croyances commençant par R > La croyance en ribadin

La croyance relative à Ribadin



Une fille réprimandée pour avoir travaillé le dimanche

Jeannette Ribadin était une jeune personne de 18 ans, dont l'histoire a fait du bruit au XVIe siècle. Elle était de la paroisse de Jouin de Cernes, aux environs de Bordeaux. Cueillant un dimanche des herbes dans la campagne, elle fut réprimandée par Jean d'Etouppe, prêtre, qui voulut qu'elle publiât sa faute en pleine assemblée, et la conduisit à la paroisse après lui avoir donné ses instructions.
Un grand concours arriva. La jeune fille annonça au peuple assemblé qu'elle avait eu grand mal pour avoir travaillé le dimanche, ce qu'il fallait éviter pour ne pas s'attirer les mêmes maux de la part de Dieu. Ensuite elle eut des extases, se roula par terre, se releva et prononça d'un ton prophétique que Dieu ne voulait pas que les femmes portassent des manches froncées, ni les hommes des bonnets rouges.


Le jugement de l'affaire

L'affaire parvint aux oreilles de l'archevêque de bordeaux, qui la fit arrêter avec ses complices, reconnut la fraude, et fit avouer à la fille que l'argent que les fidèles lui donnaient pour ses prétendues révélations était partagé entre trois suborneurs qui l'avaient engagée à contrefaire la sainte.
Le juge ecclésiastique la condamna à faire amende honorable en l'église métropolitaine de Saint-André, la torche au poing, et là demander pardon à Dieu. Cette sentence fut exécutée, mais elle fut encore renvoyée en la cour, où, par arrêt donné à la Tournelle, elle fut condamnée comme criminelle d'imposture, de séduction, d'impiété, d'abus et de scandale public (1587).
Ses complices furent condamnés à la réclusion perpétuelle, comme convaincus de séductions envers cette malheureuse fille. Ce qui fait voir que les fraudes pieuses n'étaient pas encouragées autrefois...

Autres croyances :