Accueil > Les croyances commençant par J > La croyance en jean

La croyance relative à Jean



Jean le magicien

Jean est un magicien sectateur d'Apollonius de Tyane. Il courait de ville en ville, faisant le méfier de charlatan, et portait une chaîne de fer au cou. Après avoir séjourné quelque temps à Lyon, il acquit une si grande célébrité par ses cures merveilleuses, que le souverain du pays l'admit en sa présence. Jean donna à ce prince une superbe épée enchantée. Elle s'entourait merveilleusement, dans le combat, de 180 couteaux tirés. Il lui donna aussi un bouclier portant un miroir, qu'il disait avoir la vertu de divulguer les plus grands secrets. Ces armes disparurent un jour ou furent volées. Sur quoi De L'Ancre conclut que si les rois de France dressaient, comme les ducs d'Italie, des arsenaux de vieilleries, on y trouverait de ces armes enchantées et fabriquées par quelque magicien ou sorcier.


Jean de Constantinople

jean est un patriarche schismatique de Constantinople. Zonaras conte que l'empereur grec Théophile, se voyant obligé de mettre à la raison une province révoltée sous la conduite de trois capitaines, consulta le patriarche Jean, habile enchanteur. Celui-ci fit faire trois gros marteaux d'airain, les mit entre les mains de trois hommes robustes, et conduisit ces hommes au milieu du cirque, devant une statue de bronze à trois têtes. Ils abattirent deux de ces têtes avec leurs marteaux, et firent pencher le cou à la troisième sans l'abattre.
Peu après une bataille se donna entre Théophile et les rebelles. Deux des capitaines furent tués, le troisième fut blessé et mit hors de combat, et tout rentra dans l'ordre.


Jean XXII

Jean XXII est un pape, mort en 1334, après un pontificat de 18 ans. On lui attribue les Taxes de la chambre apostolique, traduites en français sous le titre de Taxes des parties casuelles de la boutique du pape. C'est une supposition d'un protestant faussaire. On attribue encore à Jean XXII l'Élixir des philosophes ou Art transmutatoire des métaux, livre qu'il n'a pas fait. Ce livre a été traduit du latin en français en 1557.
On dit encore que Jean XXII ou Jean XXI s'oecupait d'astrologie et s'amusait à supputer les changements de temps. On a fait là-dessus de petits contes imaginaires.


Jean (ou Iwan Basilowitz)

Iwan est un grand-duc de Moscovie, au XIVe siècle, tyran cruel. A l'article de la mort, il tomba, dit-on,dans des pâmoisons terribles, et son âme fit de pénibles voyages. Dans le premier, il fut tourmenté en un lieu obscur, pour avoir tenu au cachot des prisonniers innocents. Dans la seconde excursion, il fut encore plus tourmenté pour avoir accablé le peuple d'impôts, et son successeur Théodore eut soin de l'endécharger en partie.
Iwan mourut dans le troisième voyage. Son corps jeta une puanteur si infecte qu'on ne pouvait l'approcher. Ce qui fit penser que son âme avait été emportée par le diable. D'autant plus que son corps disparut le jour fixé pour l'enterrement.


Jean-Baptiste

Il y a des paysans qui croient que Jean-Baptiste est né dans un chameau.


Jean d'Arras

Jean d'Arras est un écrivain français du XIVe siècle, qui compila le roman de Melusine.


Jean d'Estampes

D'anciennes chroniques rapportent que Jean d'Estampes, l'un des gardes de Charlemagne, mourut en 1139, après avoir vécu 336 ans. Mais d'autres disent qu'il ne vécut que 250 ans. Malheureusement son secret de longévité n'est connu de personne.


Jean de Meung

Jean de Meung est un astrologue qui composa le roman de la rose, où il montre bien son savoir, quoiqu'il ne fût âgé que de 19 ans lorsqu'il le fit. Il est aussi l'auteur d'un livre intitulé Traité sur la direction des nativités et révolutions des ans. Il traduisit le livre des Merveilles d'Irlande. On prétend que c'est lui qui a prédit les hauts faits d'armes du connétable de France Bertrand du Guesclin.


Jean de Milan

Jean de Milan est un astrologue du XVe siècle, qui prédit à Velasquez, gouverneur d'Hispaniola ou Saint-Domingue, l'heureuse issue de la guerre du Pérou, entreprise par Fernand Cortez.


Jean de Sicile

Jean de Sicile est un habile astrologue et théologien qui prédit le couronnement de l'empereur Sigismond. C'est encore lui qui annonça à Boucicault ce qui lui devait advenir, et qui l'avertit de la trahison que firent aux Français le marquis de Montferrat et le comte Francisque, trahison qu'il évita en fuyant.

Autres croyances :