Accueil > Les croyances commençant par T > La croyance en truie

La croyance relative à Truie



L'exécution de Gillet-Soulart et sa truie

Les juges laïcs de la prévôté de Paris, qui étaient très ardents, firent brûler en 1466 Gillet-Soulart et sa truie, pauvre charlatan qui avait simplement appris à sa pauvre truie l'art de se redresser et de tenir une quenouille. On l'appelait la truie qui file, et une enseigne a conservé son souvenir. On voyait là une œuvre du diable. Mais il fallait qu'il y eût encore là-dessous quelque horreur.
« Rien de plus simple, dit alors M. Victor Hugo (Notre-Dame de Paris), qu'un procès de sorcellerie intenté à un animal. On trouve dans les comptes de la prévôté pour 1466 un curieux détail des frais du procès de Gillet-Soulart et de sa truie, exécutés pour leurs démérites à Corbeil. Tout-y est, le coût des fosses pour mettre la truie, les cinq cotrets pris sur le port de Morsant, les trois pintes de vin et le pain, dernier repas du patient, fraternellement partagé par le bourreau, jusqu'aux onze jours de garde et de nourriture de la truie, à huit deniers parisis chaque. »

En complément :

Autres croyances :