Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en chat

La croyance relative à Chat


Le chat tient sa place dans l'histoire de la superstition.


L'adoration des chats

Un soldat romain ayant tué, par mégarde, un chat en Egypte, toute la ville se souleva. Ce fut en vain que le roi intercéda pour lui, il ne put le sauver de la fureur du peuple. Observons que les rois d'Egypte avaient rassemblé, dans Alexandrie, une bibliothèque immense, et qu'elle était publique. Les Égyptiens cultivaient les sciences et n'en adoraient pas moins les chats.
Mahomet avait beaucoup d'égards pour son chat. L'animal s'était un jour couché sur la manche pendante de la veste du prophète, et semblait y méditer si profondément que Mahomet, pressé de se rendre à la prière et n'osant le tirer de son extase, coupa, dit-on, la manche de sa veste. A son retour, il trouva son chat qui revenait de son assoupissement, et qui, s'apercevant de l'attention de son maître, se leva pour lui faire la révérence, et plia le dos en arc. Mahomet, qui comprit ce que cela signifiait, assura au chat, qui faisait le gros dos, une place dans son paradis. Ensuite, passant trois fois la main sur l'animal, il lui imprima, par cet attouchement, la vertu de ne jamais tomber que sur ses pattes. Ce conte n'est pas ridicule chez les Turcs.


Les chats et la sorcellerie

Voici une anecdote où le chat joue un mauvais rôle: Un aide-de-camp du maréchal de Luxembourg vint loger dans une auberge dont la réputation n'était pas rassurante. Le diable, disait-on, venait toutes les nuits dans une certaine chambre, tordait le cou à ceux qui osaient y coucher, et les laissait étranglés dans leur lit. Un grand nombre de voyageurs remplissant l'auberge quand l'aide-de-camp y entra, on lui dit qu'il n'y avait de vide que la chambre fréquentée par le diable, où personne ne voulait prendre gîte. « Oh! bien moi, répondit-il, je ne serai pas fâché de lier connaissance avec lui. Qu'on lasse mon lit dans la chambre en question, je me charge du reste. » Vers minuit, l'officier vit descendre le diable par la cheminée, sous la figure d'une bête furieuse, contre laquelle il fallut se défendre. Il y eut un combat acharné, à coups de sabre de la part du militaire, à coups de griffes et de dents de la part de la bête. Cette lutte dura une heure. Mais le diable finit par rester sur la place. L'aide-de-camp appela du monde, on reconnut un énorme chat sauvage qui, selon le rapport de l'hôte, avait déjà étranglé quinze personnes.
On lit dans la Démonomanie de Bodin que des sorciers de Vernon, auxquels on fit le procès en 1566, fréquentaient et s'assemblaient ordinairement dans un vieux château sous la forme d'un nombre infini de chats. Quatre hommes, qui avaient résolu d'y coucher, se trouvèrent, assaillis par cette multitude de chats. L'un de ces hommes y fut tué, les autres blessés. Néanmoins, ils blessèrent aussi plusieurs chattes, qui se trouvèrent trouvèrent en forme de femmes, mais bien réellement mutilées.
On sait que les chats assistent au sabbat, qu'ils y dansent avec les sorcières, et que lesdites sorcières, aussi bien que le diable leur maître, prennent volontiers la figure de cet animal. On lit dans Boguet qu'un laboureur près de Strasbourg fut assailli par trois gros chats, et qu'en se défendant, il les blessa sérieusement. Une heure après, le juge fit demander le laboureur et le mit en prison pour avoir maltraité trois dames de la ville. Le laboureur étonné assura qu'il n'avait maltraité que des chats, et en donna les preuves preuves plus évidentes: il avait gardé de la peau. On le relâcha parce qu'on vit que le diable était coupable en cette affaire.
On ne finirait pas si on rappelait tout ce que les démonomanes ont rêvé sur les chats. Boguet dit encore que la chatte, étant frottée d'une herbe appelée népeta , conçoit sur-le-champ, cette herbe suppléant au défaut du mâle. Les sorciers se servent aussi de la cervelle des chats pour donner la mort, car c'est un poison, selon Bodin et quelques autres.

Autres croyances :