Accueil > Les croyances commençant par J > La croyance en jetzer

La croyance relative à Jetzer



L'affaire Jetzer

Cette affaire des Jacobins de Berne a fait un grand bruit. Et les ennemi de la religion l'ont travestie avec une insigne mauvaise foi. Voici toute l'histoire:
Les Dominicains ou Jacobins ne s'accordaient pas avec les Cordeliers sur le fait de l'immaculé conception de la très Sainte-Vierge. Les Dominicains ne l'admettaient pas. Or, au commencement du SVIe siècle, il y avait au couvent des Dominicains de Berne, alors fort relâché, quatre mauvais moines, qui imaginèrent une affreuse jonglerie, pour faire croire que la Sainte-Vierge se prononçait contre les Cordeliers, qui défendaient une de ses plus belles prérogatives.
Ils avaient parmi eux un jeune moine, simple et crédule, nommé Jetzer. Ils lui firent apparaître pendant la nuit des âmes du purgatoire, et lui persuadèrent qu'il les délivrerait en restant couché en croix dans une chapelle, pendant le temps qu'on célébrerait la sainte messe. On lui fit voir ensuite sainte Barbe, à laquelle il avait beaucoup de dévotion, et qui lui annonça qu'il était destiné à de grandes choses. Par une nouvelle imposture sacrilège, le sous-prieur, qui était un des quatre moines criminels, fit le personnage de la Sainte-Vierge, s'approcha la nuit de Jetzer et lui donna trois gouttes de sang, disant que c'étaient trois larmes que Jésus-Christ avaient répandues sur Jérusalem. Ces trois larmes signifiaient que la Sainte-Vierge était resiée trois heures dans le péché originel. Cette explication était rehaussée de diatribes contre les Cordeliers.
Jetzer, qui était de bonne foi et qui avait l'âme droite, s'inquiétait de la passion qui perçait dans cette affaire, et se troublait surtout de reconnaître la voix du sous-prieur dans la voix de la Sainte-Vierge. Pour le raffermir, on l'endormit avec un breuvage et on voulut le stigmatiser. Puis, comme il ne répondait pas à l'espoir qu'on avait mit en lui, on voulut l'empoisonner, et on l'enferma, mais il trouva moyen de s'échapper. Il s'enfuit à Rome, où il révéla toute l'intrigue. Le Saint-Siège fit poursuivre les moines scélérats. Les quatre Dominicains coupables furent brûlés le 31 mars 1509, à la porte de Berne. Mais le malheur de ces grandes profanations, c'est que les ennemis de l'Eglise oublient la réparation ou la taisent, et n'en gardent que le scandale.

Autres croyances :