Accueil > Les croyances commençant par P > La croyance en palingénésie

La croyance relative à Palingénésie



L'expérience avec la cendre des plantes

Le mot palingénésie veut dire renaissance. Duchène dit avoir vu, à Cracovie, un médecin polonais qui conservait dans des fioles, la cendre de plusieurs plantes. Lorsqu'on voulait voir une rose dans ces fioles, il prenait celle où se trouvait la cendre du rosier, et la mettait sur une chandelle allumée. Après qu'elle avait un peu senti la chaleur, on commençait à voir remuer la cendre. Puis on remarquait, comme une petite nue obscure qui, se divisant en plusieurs parties, venait enfin à représenter une rose si belle, si fraîche et si parfaite, qu'on l'eût jugée palpable et odorante, comme celle qui vient du rosier.


Une manière de ressusciter les morts

Cette nouveauté fut poussée plus loin. On assura que les morts pouvaient revivre naturellement, et qu'on avait des moyens de les ressusciter en quelque façon. Van der Bect, surtout, a donné ces opinions pour des vérités incontestables. Et dans le système qu'il a composé pour expliquer de si étranges merveilles, il prétend qu'il y a dans le sang des idées séminales, c'est-à-dire des corpuscules qui contiennent en petit tout l'animal. Quelques personnes, dit-il, ont distillé du sang humain nouvellement tiré, et elles y ont vu, au grand étonnement des assistants saisis de frayeur, un spectre humain qui poussait des gémissements. C'est pour ces causes, ajoute-t-il, que Dieu a défendu aux Juifs de manger le sang des animaux, de peur que les esprits ou idées de leurs espèces qui y sont contenues ne produisissent de funestes effets.
Ainsi en conservant les cendres de nos ancêtres, nous pourrons en tirer des fantômes qui nous en représenteront la figure. Quelle consolation, dit le P. Lebrun, que de passer en revue son père et ses aïeux, sans le secours du démon, et par une nécromancie très permise! Quelle satisfaction pour les savants que de ressusciter, en quelque manière, les Romains, les Grecs, les Hébreux et toute l'antiquité! Rien d'impossible à cela, il suffit d'avoir les cendres de ceux qu'on veut faire paraître.


L'échec de la palingénésie

Ce système, eut, comme toutes les rêveries, beaucoup de partisans. On prétendait qu'après avoir mis un moineau en cendres, et en avoir extrait le sel, on avait obtenu, par une chaleur modérée, le résultat désiré. L'académie royale d'Angleterre essaya, dit-on, cette expérience sur un homme, et ce fut un échec. Mais cette découverte, qui n'aurait pas dû occuper un seul instant les esprits, ne tomba que quand un grand nombre de tentatives inutiles eut prouvé que ce n'était non plus qu'une ridicule chimère.


La palingénésie philosophique

La palingénésie philosophique de Bonnet est un système publié au XVIIIe siècle et condamné. Il est plus du ressort des théologiens que du nôtre.

Autres croyances :