Accueil > Les croyances commençant par V > La croyance en voix

La croyance relative à Voix


Boguet assure qu'on reconnaît un possédé à la qualité de sa voix: si elle est sourde et enrouée, nul doute, dit-il, qu'il ne faille aussitôt procéder aux exorcismes.


L'histoire de la voix entendue par Thamus

Sous le règne de Tibère, vers le temps de la mort de Notre Seigneur, le pilote Thamus, côtoyant les îles de la mer Egée, entendit un soir, aussi bien que tous ceux qui se trouvaient sur son vaisseau, une grande voix qui l'appela plusieurs fois par son nom. Lorsqu'il eut répondu, la voix lui commanda de crier, en un certain lieu, que le grand Pan était mort. A peine eut-il prononcé ces paroles dans le lieu désigné, qu'on entendit, de tous côtés, des plaintes et des gémissements, comme d'une multitude de personnes affligées par cette nouvelle.
L'empereur Tibère assembla des savants pour interpréter ces paroles. On les appliqua à Pan, fils de Pénélope, qui vivait plus de mille ans auparavant. Mais, selon les versions les plus accréditées, il faut entendre par le grand Pan, le maître des démons, dont l'empire était détruit par la mort de Jésus-Christ. Les douteurs attribuent aux échos les gémissements qui se firent entendre au pilote Thamus. Mais on n'explique pas la voix.
Cette grande voix, dit le comte de Gabalis, était produite par les peuples de l'air, qui donnaient avis aux peuples des eaux que le premier et le plus âgé des sylphes venait de mourir. Et comme il s'ensuivrait de là que les esprits élémentaires étaient les faux dieux des païens, il confirme cette conséquence, en ajoutant que les démons sont trop malheureux et trop faibles pour avoir jamais eu le pouvoir de se faire adorer, mais qu'ils ont pu persuader aux hôtes des éléments de se montrer aux hommes, et de se faire dresser des temples. Et que, par la domination naturelle que chacun d'eux a sur l'élément qu'il habite, ils troublaient l'air et la mer, ébranlaient la terre, et dispensaient les feux du ciel à leur fantaisie. De sorte qu'ils n'avaient pas grand'peine à être pris pour des divinités.


La voix apparue à la mort du comte Arigo bel Missere

Le comte Arigo bel Missere (Henri le bel Missere) mourut vers l'an 1000. Il avait combattu les Maures qui envahissaient la Corse. Une tradition prétend qu'à sa mort, une voix s'entendit dans l'air, qui chantait ces paroles prophétiques:

E morto il conte Arigo bel Missere,
E corcica sarà di male in peggio.


Les voix des montagnes

Clément d'Alexandrie raconte qu'en Perse, vers la région des mages, on voyait trois montagnes plantées au milieu d'une large campagne, distantes également l'une de l'autre. Et approchant de la première, on entendait comme des voix confuses de plusieurs personnes qui se battaient. Près de la seconde, le bruit était plus grand. Et à la troisième, c'étaient des bruits d'allégresse, comme d'un grand nombre de gens qui se réjouissaient.
Le même auteur dit avoir appris d'anciens historiens que dans la Grande-Bretagne, on entend au pied d'une montagne des sons de cymbales et de cloches qui carillonnent en mesure.


Les voix ensorcelantes des sorcières africaines

Il y a en Afrique, dans certaines familles, des sorcières qui ensorcellent par la voix et la langue, et font périr les blés les animaux et les hommes dont elles parlent, même pour en dire du bien.


Les voix de la mer en Bretagne

En Bretagne le mugissement lointain de la mer, le sifflement des vents entendu dans la nuit, sont la voix d'un noyé qui demande un tombeau.

Autres croyances :