Accueil > Les croyances commençant par A > La croyance en astrologie

La croyance relative à Astrologie


L'astrologie est l'art de dire la bonne aventure et de prédire les événements, par l'aspect, les positions et les influences des corps célestes.


L'origine de l'astrologie

On croit que l'astrologie, qu'on appelle aussi astrologie judiciaire, parce qu'elle consiste en jugements sur les personnes et sur les choses, a pris naissance dans la Chaldée, d'où elle pénétra en Egypte, en Grèce et en Italie. Quelques antiquaires attribuent l'invention de cette science à Cham, fils de Noé. Le commissaire de La Marre, dans son Traité de police, ne repousse pas les opinions qui établissent qu'elle lui a été enseignée par le démon.
Diogène Laërce donne à entendre que les Égyptiens connaissaient la rondeur de la terre et la cause des éclipses. On ne peut leur disputer l'habileté en astronomie. Mais, au lieu de se tenir aux règles droites de cette science, ils en ajoutèrent d'autres qu'ils fondèrent uniquement sur leur imagination. Ce furent là les principes de l'art de deviner et de tirer des horoscopes. Ce sont eux, dit Hérodote, qui enseignèrent à quel dieu chaque mois, chaque jour est consacré, qui observèrent les premiers sous quel ascendant un homme est né, pour prédire sa fortune, ce qui lui arriverait dans sa vie et de quelle mort il mourrait.
« J'ai lu dans les registres du ciel tout ce qui doit vous arriver à vous et à votre fils » disait à ses crédules enfants Bélus, prince de Babylone. Pompée, César, Crassus croyaient à l'astrologie. Pline en parle comme d'un art respectable. Presque tous les anciens, Hippocrate, Virgile, Horace, Tibère, croyaient à l'astrologie. Le moyen âge en fut infecté. On tira l'horoscope de Louis XIII et do Louis XIV. Et Boileau dit qu'un téméraire auteur n'atteint pas le Parnasse, si son astre en naissant ne l'a formé poète.


Les sept planètes de l'astrologie

En astrologie, on ne connaît dans le ciel que sept planètes, et douze constellations dans le zodiaque. Le nombre de celles-ci n'a pas changé, mais il y a aujourd'hui douze planètes. Nous ne parlerons que des sept vieilles employées par les astrologues. Nous n'avons, disent-ils, aucun membre que les corps célestes ne gouvernent. Les sept planètes sont, comme on sait, le Soleil, la Lune, Vénus, Jupiter, Mars, Mercure et Saturne:

  • Le Soleil préside à la tête.
  • La Lune, au bras droit.
  • Vénus, au bras gauche.
  • Jupiter, à l'estomac.
  • Mars aux parties sexuelles.
  • Mercure, au pied droit.
  • Saturne au pied gauche.

Ou bien:

  • Mars gouverne la tête.
  • Vénus le bras droit.
  • Jupiter le bras gauche.
  • Le Soleil l'estomac.
  • La Lune les parties sexuelles.
  • Mercure le pied droit.
  • Saturne le pied gauche.

Les rencontres des planètes et des constellations de l'astrologie

Parmi les constellations:

  • Le Bélier gouverne la tête.
  • Le Taureau, le cou.
  • Les Gémeaux, les bras et les épaules.
  • Le Cancer, la poitrine et le cœur.
  • Le Lion, l'estomac.
  • La Vierge, le ventre.
  • La Balance, les reins et les fesses.
  • Le Scorpion, les parties sexuelles.
  • Le Sagittaire, les cuisses.
  • Le Capricorne, les genoux.
  • Le Verseau, les jambes.
  • Les Poissons, les pieds.

Il faut examiner avec soin les rencontres des planètes avec les constellations. Si Mars, par exemple, se rencontre avec le Bélier à l'heure de la naissance, il donne du courage, de la fierté et une longue vie. S'il se trouve avec le Taureau, richesses et courage. En un mot, Mars augmente l'influence des constellations avec lesquelles il se rencontre, et y ajoute la valeur et la force. Saturne, qui donne les peines, les misères, les maladies, augmente les mauvaises influences et gâte les bonnes. Vénus, au contraire, augmente les bonnes influences et affaiblit les mauvaises. Mercure augmente ou affaiblit les influences suivant ses conjonctions. S'il se rencontre avec les Poissons, qui sont mauvais, il devient moins bon. S'il se trouve avec le Capricorne, qui est favorable, il devient meilleur. La Lune joint la mélancolie aux constellations heureuses. Elle ajoute la tristesse ou la démence aux constellations funestes. Jupiter, qui donne les richesses et les honneurs, augmente les bonnes influences et dissipe à peu près les mauvaises.
Le Soleil ascendant donne les faveurs des princes. Il a sur les influences presque autant d'effet que Jupiter. Mais descendant il présente des revers.
Ajoutons que les Gémeaux, la Balance et la Vierge donnent la beauté par excellence. Le Scorpion, le Capricorne et les Poissons donnent une beauté médiocre. Les autres constellations donnent plus ou moins la laideur. La Vierge, la Balance, le Verseau et les Gémeaux donnent une belle voix. Le cancer, le Scorpion et les Poissons donnent une voix nulle ou désagréable. Les autres constellations n'ont pas d'influence sur la voix.
Si les planètes et les constellations se trouvent à l'Orient, à l'heure de l'horoscope, on éprouvera leur influence au commencement de la vie ou de l'entreprise. On l'éprouvera au milieu si elles sont au haut du ciel, et à la fin si elles sont à l'Occident.


La précision des horoscopes

Afin que l'horoscope ne trompe point, il faut avoir soin d'en commencer les opérations précisément à la minute où l'enfant est né, ou à l'instant précis d'une affaire dont on veut savoir les suites.
Pour ceux qui n'exigent pas une exactitude si sévère, il y a des horoscopes tout dressés, d'après les constellations de la naissance. Tels sont, en peu de mots, les principes de cet art, autrefois si vanté, si universellement répandu, et maintenant un peu tombé en désuétude.
Les astrologues conviennent que le globe roule si rapidement que la disposition des astres change en un moment. Il faudra donc, pour tirer les horoscopes, que les sages-femmes aient soin de regarder attentivement les horloges, de marquer exactement chaque point du jour, et de conserver à celui qui naît ses étoiles comme son patrimoine. « Mais combien de fois, dit Barclai, le péril des mères empêche-t-il ceux qui sont autour d'elles de songer à cela! Et combien de fois ne s'y trouve-t-il personne qui soit assez superstitieux pour s'en occuper! Supposez cependant qu'on y ait pris garde, si l'enfant est longtemps à naître, et si, ayant montré la tête, le reste du corps ne paraît pas de suite, comme il arrive, quelle disposition des astres sera funeste ou favorable? sera-ce celle qui aura présidé à l'apparition de la tête, ou celle qui se sera rencontrée quand l'enfant est entièrement né? »


Quelques anecdotes au sujet des astrologues

Voici quelques anecdotes sur le compte des astrologues: Un valet ayant volé son maître s'enfuit avec l'objet dérobé. On mit des gens à la poursuite, et, comme on ne le trouvait pas, on consulta un astrologue. Celui-ci, habile à deviner les choses passées, répondit que le valet s'était échappé parce que la lune s'était trouvée, à sa naissance, en conjonction avec Mercure, qui protège les voleurs, et que de plus longues recherches seraient inutiles. Comme il disait ces mots, on amena le domestique, qu'on venait de prendre enfin, malgré la protection de Mercure.

Les astrologues tirent vanité de deux ou trois de leurs prédictions accomplies, quoique souvent d'une manière indirecte, entre mille qui n'ont point eu de succès. L'horoscope du poète Eschyle portait qu'il serait écrasé par la chute d'une maison. Il s'alla, dit-on, mettre en plein champ, pour éviter sa destinée. Mais un aigle, qui avait enlevé une tortue, la lui laissa tomber sur la tête, et il en fut tué. Si ce conte n'a pas été fait après coup, nous répondrons qu'un aveugle, en jetant au hasard une multitude de flèches, peut atteindre le but une fois par hasard. Quand il y avait en Europe des milliers d'astrologues qui faisaient tous les jours de nouvelles prédictions, il pouvait s'en trouver quelques-unes que l'événement, par cas fortuit, justifiait. Et celles-ci, quoique rares, entretenaient la crédulité que des millions de mensonges auraient dû détruire.

L'empereur Frédéric-Barberousse, étant sur le point de quitter Vicence, qu'il venait de prendre d'assaut, défia le plus fameux astrologue de deviner par quelle porte il sortirait le lendemain. Le charlatan répondit au défi par un tour de son métier. Il remit à Frédéric un billet cacheté, lui recommandant de ne l'ouvrir qu'après sa sortie. L'empereur fit abattre, pendant la nuit, quelques toises de mur, et sortit par la brèche. Il ouvrit ensuite le billet et ne fut pas peu surpris d'y lire ces mots: « L'empereur sortira par la porte neuve. » C'en fut assez pour que l'astrologue et l'astrologie lui parussent infiniment respectables.

Un homme, que les astres avaient condamné en naissant, à être tué par un cheval, avait grand soin de s'éloigner dès qu'il apercevait un de ces animaux. Or un jour qu'il passait dans une rue, une enseigne lui tomba sur la tête, et il mourut du coup: c'était l'enseigne d'un auberge où était représenté un cheval noir.

Un bourgeois de Lyon, riche et crédule, ayant fait dresser son horoscope, mangea tout son bien pendant le temps qu'il croyait avoir à vivre. N'étant pas mort à l'heure que l'astrologue lui avait assignée, il se vit obligé de demander l'aumône, ce qu'il faisait en disant: « Ayez pitié d'un homme qui a vécu plus longtemps qu'il ne croyait. »

Une dame pria un astrologue de deviner un chagrin qu'elle avait dans l'esprit. L'astrologue, après lui avoir demandé l'année, le mois, le jour et l'heure de sa naissance, dressa la figure de son horoscope, et dit beaucoup de paroles qui signifiaient peu de chose. La dame lui donna une pièce de quinze sous.
« — Madame, dit alors l'astrologue, je découvre encore dans votre horoscope que vous n'êtes pas riche.
— Cela est vrai, répondit-elle.
— Madame, poursuivit-il en considérant de nouveau les figures des astres, n'avez-vous rien perdu?
— J'ai perdu, lui dit-elle, l'argent que je viens de vous donner. »

Darah, l'un, des quatre fils du grand-mogol Schah-Géhan, ajoutait beaucoup de foi aux prédictions des astrologues. Un de ces doctes lui avait prédit, au péril de sa tête, qu'il porterait la couronne. Darah comptait là-dessus. Comme on s'étonnait que cet astrologue osât garantir sur sa vie un événement aussi incertain: « Il arrivera de deux choses l'une, répondit-il, ou Darah parviendra au trône, et ma fortune est faite; ou il sera vaincu, et dès lors sa mort est certaine, et je ne redoute pas sa vengeance. »

Autres croyances :