Accueil > Les croyances commençant par C > La croyance en crapaud

La croyance relative à Crapaud



Les crapauds dans la sorcellerie

Les crapauds tiennent une place dans la sorcellerie. Les sorcières les aiment et les choient. Elles ont toujours soin d'en avoir quelques-uns, qu'elles habituent à les servir, et quelles accoutrent de livrées du velours vert.
Pierre De L'Ancre dit que les grandes sorcières sont ordinairement assistées de quelque démon, qui est toujours sur leur épaule gauche, en forme de crapaud, ayant deux petites cornes en tête. Il ne peut être vu que de ceux qui sont ou qui ont été sorciers. Le diable baptise ces crapauds au sabbat, Jeannette Abadie, et d'autres femmes, ont révélé qu'elles avaient vu de ces crapauds habillés de velours rouge, et quelques-uns de velours noir. Ils portaient une sonnette au cou et une autre aux jambes de derrière.


L'anecdote du chien et du crapaud

Au mois de septembre 1610, un homme se promenant dans la campagne, près de Bazas, vit un chien qui se tourmentait devant un trou. Ayant fait creuser, il trouva deux grands pots renversés l'un sur l'autre, liés ensemble à leur ouverture et enveloppés de toile. Le chien ne se calmant pas, on ouvrit les pots, qui se trouvèrent pleins de son, au dedans duquel reposait un gros crapaud vêtu de taffetas vert. C'était à coup sûr une sorcière qui l'avait mis là pour quelque maléfice.
Nous rions de ces choses à présent, mais c'étaient choses sérieuses au XVIe siècle, et dont l'esprit ne nous est pas bien expliqué.


Le regard et l'haleine mortels du crapaud

Le peuple est persuade, dit Salgues, que le crapaud a la faculté de faire évanouir ceux qu'il regarde fixement, et cette assertion est accréditée par un certain abbé Rousseau, qui a publié, dans le cours du XVIIIe siècle, quelques observations d'histoire naturelle. Il prétend que la vue seule du crapaud provoque des spasmes, des convulsions, la mort même. Il rapporte qu'un gros crapaud, qu'il tenait renfermé sous un bocal, l'ayant regarde fixement, il se sentit aussitôt saisi de palpitations, d'angoisses, de mouvements convulsifs, et qu'il serait mort infailliblement si l'on n'était venu à son secours...
Elien, Dioscoride, Nicandre, Gesner, ont encore écrit que l'haleine du crapaud était mortelle, et qu'elle infectait les lieux où il respire. On a cité l'exemple de deux amants qui, ayant pris de la sauge sur laquelle un crapaud s'était promené, moururent aussitôt. Mais ce sont là des contes, démentis comme tant d'autres par les expériences.


Le culte du crapaud

Sur les bords de l'Orénoque, sans doute pour consoler le crapaud de nos mépris, des Indiens lui rendaient les honneurs d'un culte. Ils gardaient soigneusement les crapauds sous des vases pour en obtenir de la pluie ou du beau temps, selon leurs besoins. Et ils étaient tellement persuadés qu'il dépendait de ces animaux de l'accorder, qu'on les fouettait chaque fois que la prière n'était pas promptement exaucée.

Autres croyances :