Accueil > Les croyances commençant par J > La croyance en julien l'apostat

La croyance relative à Julien l'Apostat


Julien l'Apostat est un empereur romain. Il est né en 331, mort en 363.


Un chrétien redevenu païen et magicien

Variable dans sa philosophie, inconstant dans sa manière de penser, après avoir été chrétien, il retomba dans le paganisme. Les ennemis seuls de l'Église ont trouvé dans quelques qualités apparentes des prétextes pour faire son éloge. Ce sage consultait Apollon et sacrifiait aux dieux de pierre, quoiqu'il connût la vérité.
Les démonomanes l'ont mis au nombre des magiciens. Et il est vrai qu'avec Maximus et Jamblique il évoquait les esprits et recherchait l'avenir par la nécromancie. Il avait des visions. Ammien Marcellin rapporte que, peu avant sa mort, comme il écrivait dans sa tente, à l'imitation de Jules César, il vît paraître devant lui le génie de Rome avec un visage blême.


La mort étrange de Julien l'Apostat

Il fut tué par un trait que personne ne vit venir, à l'âge de 32 ans. Ennemi acharné de Jésus-Christ, il recueillit, dit-on, en tombant un peu de son sang dans sa main et le lança vers le ciel, en disant: « Tu as vaincu, Galiléen! »
Après sa mort, on trouva, dans le palais qu'il habitait, des charniers et des cercueils pleins de têtes et de corps morts. En la ville de Carres de Mésopotamie, dans un temple d'idoles, on trouva une trois morte pendue par les cheveux, les bras étendus, le ventre ouvert, et vide. On prétend, que Julien l'avait immolée pour apaiser les dieux infernaux auxquels il s'était voué, et pour apprendre par l'inspection du foie de cette femme le résultat de la guerre qu'il faisait alors contre les Perses.
La mort de l'Apostat fut signifiée, dit-on, dans plusieurs lieux à la fois, et au même moment qu'elle advint. Un de ses domestiques, qui allait le trouver en Perse, ayant été surpris par la nuit, et obligé de s'arrêter dans une église faute d'auberge, vit en songe des apôtres et des prophètes assemblés qui déploraient les calamités de l'Église sous un prince aussi impie que Julien, et l'un d'entre eux s'étant levé, assura les autres qu'il allait y porter remède. La nuit suivante, ce valet, ayant vu dans son sommeil la même assemblée, vit venir l'homme de la veille qui annonça la mort de Julien. Le philosophe Didyme d'Alexandrie vit aussi en songe des hommes montés sur des chevaux blancs, et courant dans les airs en disant: « Annoncez à Didyme qu'à cette heure Julien l'apostat est tué. »

Autres croyances :