Accueil > Les croyances commençant par S > La croyance en satyre

La croyance relative à Satyre



Des hommes-chèvres

Les satyres étaient, chez les païens, des divinités champêtres qu'on représentait comme de petits hommes velus, avec des cornes et des oreilles de chèvre, la queue, les cuisses et les jambes du même animal.
Pline le naturaliste croit que les satyres étaient une espèce de singes. Et il assure que dans une montagne des Indes il se trouve des singes qu'on prendrait de loin pour des hommes. Ces sortes de singes ont souvent, épouvanté les bergers. Les démonomanes disent que les satyres n'ont jamais été autre chose que des démons, qui ont paru sous cette ligure sauvage. Les cabalistes n'y voient que des gnomes.


La rencontre de Saint Antoine et d'un satyre

Saint Jérôme rapporte que saint Antoine rencontra dans son désert, un satyre qui lui présenta des dattes, et l'assura qu'il était un de ces habitants des bois que les païens avaient honorés sous les noms de satyres et de faunes. Il ajouta qu'il était venu vers lui comme député de toute sa nation, pour le conjurer de prier pour eux le Sauveur, qu'ils savaient bien être venu en ce monde. Les satyres ne seraient ainsi que des sauvages.


Le satyre de la forêt du Maine

Le maréchal de Beaumanoir, chassant dans une foret du Maine, en 1599, ses gens lui amenèrent un homme qu'ils avaient trouvé endormi dans un buisson, et dont la figure était très singulière. Il avait, au haut du front, deux corne faites et placées comme celles d'un bélier. Il était chauve et avait au bas du menton une barbe rousse par flocons, telle qu'on peint celle des satyres. Il conçut tant de chagrin de se voir promener de foire en foire, qu'il en mourut à Paris, au bout de trois mois. On l'enterra dans le cimetière de Saint-Côme.


Les deux satyres d'Angleterre

« Sous le roi Etienne, dit Leloyer, en temps de moissons, sortirent en Angleterre deux jeunes enfants de couleur verte, ou plutôt deux satyres, mâle et femelle, qui, après avoir appris le langage du pays, se dirent être d'une terre d'antipodes, où le soleil ne luisait, et ne voyaient que par une lumière sombre qui précédait le soleil d'orient, ou suivait celui d'occident. Au surplus, étaient chrétiens et avaient des églises. »


Une œuvre inachevé de Dieu

Un rabbin s'est imaginé que les satyres et les faunes des anciens étaient en effet des hommes. Mais dont la structure était restée imparfaite, parce que dieu, lorsqu'il les faisait, surpris par le soir du sabbat, avait interrompu son ouvrage.

Autres croyances :