Accueil > Les croyances commençant par G > La croyance en guillaume

La croyance relative à Guillaume



Un domestique possédé

Guillaume était un domestique de Mynheer Clatz, gentilhomme du duché de Juliers, au XVe siècle. Ce Guillaume fut possédé du diable et demanda pour exorciste un pasteur hérétique, nommé Bartholomée Panen, homme qui se faisait payer pour chasser le diable, et qui, dans cette circonstance, fut penaud. Comme le démoniaque pâlissait, que son gosier enflait, et qu'on craignait qu'il ne fût suffoqué entièrement, l'épouse, du seigneur Clatz, dame pieuse ainsi que toute sa famille, se mit à réciter la prière de Judith. Guillaume alors se prit à vomir, entre autres débris, la ceinture d'un bouvier, des pierres, des pelotons de fil, du sel, des aiguilles, des lambeaux de l'habit d'un enfant, des plumes de paon que huit jours auparavant il avait arrachées de la queue du paon même.
On lui demanda la cause de son mal. Il répondit que, passant sur un chemin, il avait rencontré une trois inconnue qui lui avait souillé au visage, et que tout son mal datait de ce moment. Cependant lorsqu'il fui rétabli, il nia le fait, et ajouta que le démon l'avait forcé à faire cet aveu, et que toutes ces matières n'étaient pas dans son corps, mais qu'à mesure qu'il vomissait, le démon changeait ce qui sortait de sa bouche.


Guillaume de Carpentras

Guillaume de Carpentras est un astrologue qui fit pour le roi Mené de Sicile, et pour le duc de Milan, des sphères astrologiques sur lesquelles on tirait les horoscopes. Il en fit une pour le roi Charles VIII, qui lui coûta 1200 écus. Cette sphère contenait plusieurs utilités, et était fabriquée de telle manière que tous les mouvements des planètes, à toutes heures de jour et de nuit, s'y pouvaient trouver. Il l'a depuis rédigée par écrit en tables astrologiques.


Guillaume-le-Roux

Guillaume-le-Roux est le fils de Guillaume le-Conquérant, et tyran de l'Angleterre dans le XIe siècle. C'était un prince abominable, sans foi, sans mœurs, athée, blasphémateur et cruel. Il fit beaucoup de mal à l'église d'Angleterre. Il chassa l'archevêque de Cantorbéry, et ne voulut point que ce siège fut rempli de son vivant, afin de profiter des revenus qui y étaient attachés. Il laissa les prêtres dans la misère et condamna les moines à la dernière pauvreté. Il entreprit des guerres injustes et se fit généralement détester.
Un jour qu'il était à la chasse, il fut tué d'une flèche lancée par une main invisible. Pendant qu'il rendait le dernier soupir, le comte de Cornouailles, qui s'était un peu écarté de la chasse, vit un grand bouc noir et velu, qui emportait un homme défiguré et percé d'un trait de part en part. Le comte troublé de ce spectacle, cria pourtant au bouc de s'arrêter, et lui demanda qui il était, qui il portait, où il allait? Le bouc répondit: « Je suis le diable, j'emporte Guillaume-le-Roux, et je vais le présenter au tribunal de Dieu, où il sera condamné pour sa tyrannie. Et il viendra avec nous. »


Guillaume de Paris

Guillaume de Paris est cité par les démonographes pour avoir fait des statues parlantes, à l'exemple de Roger Bacon, chose qui ne peut être faite que par les opérations diaboliques.

Autres croyances :